145ème jour en mer…
David sur son bateau Toto est à moins de 700 miles de ce dernier Cap… le Horn tous les marins du monde vous le diront, est un passage crucial entre la pointe du continent Antarctique et celle de l’Amérique du Sud… où se rencontrent l’océan austral, l’océan Pacifique et l’océan Atlantique… Rien que ça !
De nos jours, peu de bateaux osent s’y aventurer.
Particulièrement célèbre et légendaire à cause de la difficulté de son franchissement et de sa triste réputation de « Cimetière marin » le Horn est en proie quasiment toute l’année à de nombreuses tempêtes et des vagues pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres !
C’est maintenant ou jamais… et c’est dans moins de cinq jours que David doit « affronter » ce monstre…
Tous les fichiers météo du moment sont formels… Grosse dépression attendue au Cap Horn !
Hier, nous avons pu joindre David sur son téléphone Eridium… ce fut bref mais terriblement fort en émotion, nous avons ressenti pas mal d’inquiétudes de sa part mais toujours avec beaucoup d’humilité, il nous disait sa fierté d’être aussi proche de cet endroit mythique… Je n’ai jamais imaginé aller sur Mars ou la lune… le seul rêve qui me semblait réalisable était « passer le Horn ».
Puis se ravisant au vu des prochaines conditions météo, David nous a avoué ne plus savoir s’il devait faire face ou attendre la bonne fenêtre pour franchir ce fameux rocher…
David : « Ici ça bastonne de plus en plus et je ressens le froid glacial de l’Antarctique tout proche… J’espère ne pas rencontrer d’iceberg…cette option de ralentir pour laisser cette grosse dépression passée est à envisager mais il me tarde vraiment d’arriver dans l’Atlantique… il me restera alors 7000 miles mais j’aurais derrière moi les trois caps… Je suis tellement heureux de rentrer ! À bientôt mes amis… ».