La nouvelle classification hôtelière, voulue par le ministère du tourisme et entrée en vigueur, qui désormais en France crée un label « Hôtel Cinq Etoiles », prive le département des Pyrénées-Orientales d’un positionnement dans le haut de gamme…

En effet, dans l’ancien classement, qui allait jusqu’à 4 étoiles (plus une catégorie exceptionnelle « Palace » ), le Roussillon pouvait aligner une belle concurrence : « La Villa Duflot » (à Perpignan), « L’Ile de La Lagune » et son restaurant L’Almandin (Saint-Cyprien), « Le Mas d’Huston » (toujours à Saint-Cyprien), « Les flamants roses » (Canet-plage Sud), ou encore « Le Relais des Trois Mas » (Collioure).

Logiquement, on aurait pu s’attendre à ce que ces établissements glissent automatiquement dans la catégorie « Hôtel Cinq Etoiles » – comme ce fut le cas pour « Le Domaine de Verchant », à Castelnau-le-Lez, dans le département de l’Hérault près de Montpellier, l’« Hôtel de la Cité », Le 111 ou encore « Le Domaine d’Auriac » chez nos voisins audois à Carcassonne, sans négliger pour autant la présence dans cette catégorie à l’autre bout de la région Languedoc-Roussillon, dans le Gard, du « Prieuré », à Villeneuve-lès-Avignon – or il n’en est rien ! Nos établissements roussillonnais haut de gamme ont loupé la marche pour accéder à la plus prestigieuse étoile de ce nouveau classement touristique.

Cet « oubli » de nos établissements hôteliers prestigieux au sein du nouvel inventaire haut de gamme, risque d’être dommageable à l’image touristique diffusée à l’extérieur par le département des Pyrénées-Orientales, déjà trop souvent handicapé par une atmosphère « populaire » chez les tour-opérateurs et voyagistes de tous bords.