Les professionnels sont formels sur la Côte Vermeille : « le conflit à la SNCF n’a que très peu d’incidence jusqu’à présent sur le début de la saison (…) ». Selon eux, l’impact de la grève des cheminots seraient inférieur à 5%.

En revanche, ils pointent du doigt les erreurs de Météo France « qui nous annoncent de la pluie depuis cinq jours alors que sur le littoral nous avons un bel ensoleillement » et, surtout, « les températures au nord de la Loire, exceptionnellement très élevées, beaucoup plus en tout cas que sur le Golfe du Lion, qui font que Paris et sa région étant 6 à 10 degrés au-dessus de nous cette clientèle préfère rester chez elle  pour profiter de ponts du mois de mai très chauds (…) ».

Autre constat, toujours chez les professionnels du tourisme : « une programmation d’animations de plus en plus ringarde. Cela fait longtemps que nous tirons la sonnette d’alarme à ce sujet. Dès qu’il y a des périodes particulièrement ventées, comme nous venons d’en connaître, les gens qui séjournent chez nous ne savent plus quoi faire, à quel saint se vouer ! ». A propos des saints de glace, justement, il faudra attendre le 8 juin pour voir passer Médard… Grrr !

Dans les célèbres stations du littoral roussillonnais, nombre de touristes présents confirment, pour celles et ceux qui descendaient traditionnellement en train, « que le concept de la plateforme communautaire payante de covoiturage BlaBlaCar a été une aubaine en cette période de conflit social à la SNCF. C’est même beaucoup moins cher que de prendre le train ! ».