En une grosse décennie, Laurent PUIGSARBé (prenant la succession de l’inoubliable famille RECASENS aux commandes du comptoir et de la terrasse vitrée de l’établissement) a réussi à faire du Café Sola un lieu mythique sur la Côte Vermeille, avec sa galerie de personnages colliourencs, ses artistes également (jusqu’au 3 janvier 2016 est exposée une collection privée de peintres catalans)… Sans oublier les illustres inconnus venus d’Ecosse ou de Suède, de Barcelone aussi, qui transforment leurs étapes à Collioure en résidence secondaire à l’année, séduits par l’authenticité du village, avec son clocher, son château royal, ses ruelles, ses vins… et naturellement ses bistrots : Les Templiers, L’Ambiance… et « the » Café Sola of course.

Eté comme hiver, printemps comme automne, Collioure sera toujours Collioure : avec ses couleurs, ses saveurs, ses petits bonheur qui ne demandent qu’à être ramassés, cueillis, sur un comptoir, sur la plage Saint-Vincent ou, encore, plus haut, près du ciel, à l’ermitage de Consolation niché dans une nature verdoyante sur le chemin du hameau du Rimbau.

Revenons au Café Sola. Pour y croiser « Petit Louis », le plus grand pêcheur à mains nues de Collioure à Cerbère. Et au-delà, dans l’au-delà ! (Paraît qu’il arrive même à faire venir des saumons de l’Atlantique lorsqu’il confectionne ses maquettes de barques catalanes). Sacré « Petit-Louis », un sacré personnage !  Le grand père en tout cas qu’on rêverait tous avoir. Un personnage inestimable, à la générosité de cœur illimitée, un conteur incomparable, qui connaît tout-Collioure comme les poches de son inséparable veste de pêcheur bleue comme la Méditerranée (sauf que ce jour-là pour mieux nous désarçonner il avait mis sa veste à carreaux…), tout simplement. Autre personnage colliourenc attachant, incontournable : Raïjko le seul (et unique) Monténégrin du Roussillon, la légende vivante du « Petit Café ». Vous l’avez compris : ici, à Collioure, tout ce qui est « petit » est grandiose.

Là, on fait vite connaissance. Impossible de rester solitaire, même dans le jeu. Entre buveurs de banyuls et soiffeurs de nectars, entre croqueurs de croquants de Saint-Paul et chocolats de Bajard, entre lauréats de la foire du Livre de Brive (c’est une image) et Madame Noël (elle existe vraiment), entre couscous (un plat du jour qui déplace la foule tout le long de l’année grâce au talent et à l’imagination culinaires de l’inimitable Souad en cuisine devant les fourneaux) et bûches pleines d’embûches (pour le cholestérol)… Le Sola s’impose par le bouche à oreille d’Aimé-Giral au Camp Nou : stylé, inspirant, informé, bluffant, connecté, passionnant… Laurent PUIGSARBé, avec sa bonhomie ambiante, met tout le monde de bon poil. Et on en redemande.

Vive Collioure ! Vive ses habitants, Vive ses artisans, Vive ses commerçants !  bonnes fêtes à toutes et à tous ! Et n’oubliez pas : les traditionnelles rifles des fêtes de fin d’année au bar-restaurant Les Templiers… L’expo de Laure DELMAS et ASLAM, rue Pasteur… La nuit magique de la Saint-Sylvestre placée cette année sous le thème des « sixties »…