(photo archives 2 août 2015 @GR)

Lundi dernier, 51 (comme le pastis…) commerçants de la station balnéaire Argelès-plage ont été reçus par le futur maire d’Argelès-sur-Mer, Antoine PARRA, en mairie, pour évoquer entre autre l’avenir du festival des musiques électroniques, le Platja, dont la première édition qui s’est déroulée le 2 août 2015, l’an passé donc, avait remporté un énorme succès populaire : plus de 12 000 festivaliers accueillis entre 16h et 2h du matin !

De plus, les organisateurs de l’événement n’ont été confrontés à aucun problème, ni de sécurité ni de stupéfiants, pendant toute la durée du festival qu’ils ont su gérer en grands professionnels de A à Z. Ou plutôt de « B à Z », car Pierre AYLAGAS (PS), le député-maire d’Argelès-sur-Mer, avait exprimé quelques réserves quant à la suite à donner à cette 1ère édition, visiblement peu convaincu par ce genre d’animation.

Lundi dernier donc, à 17h 30, les commerçants ont souhaité provoquer un entretien avec la municipalité afin de connaître sa position sur l’événement. Antoine PARRA, surpris par cette spontanéité, et sans doute par le nombre de participants, les a invités à revenir s’exprimer le jeudi suivant, en Bureau municipal, mais pas à 51. C’est donc une délégation triée sur le volet de 5 (comme le Club…) commerçants, avec à leur tête Patrick PIENNE, le président de l’Association des Commerçants du Centre-Plage (ACCP) et patron de discothèque (le Central Beach – dans l’allée piétonne Jules-Aroles), qui a été reçue, écoutée… et entendue ? Cela, la suite nous le dira. En attendant, Patrick PIENNE a lu un texte remarquablement écrit et solidement argumenté pour défendre la cause du Platja.

Plusieurs propositions ont été faites pour « sortir » le Platja Electronic Festival de son site original, le parking du casino-discothèque Playa Club (Groupe JOA Casinos), afin qu’il aille déverser ses décibels et ses canettes ailleurs. Parmi les autres lieux proposés, au final municipalité et ACCP auraient déniché un accord in extrémis pour se poser sur le parking de La Croix de Basse, du côté de Port-Argelès, un endroit qui en été accueille traditionnellement les cirques de passage.

Seulement voilà : il semblerait que devant les réticences et les hésitations, les lenteurs à se décider de l’équipe municipale, entre temps les organisateurs du Platja ont pris langue avec la Ville de Canet-en-Roussillon pour y installer la 2ème édition… Ils se seraient même très avancés, dit-on.

Mais Patrick PIENNE se veut confiant et rassurant. Il a envoyé un texto à tous les adhérents de l’ACCP pour les remercier de leur soutien et leur annoncer qu’une solution avait été enfin trouvée pour que le Platja reste à Argelès-plage.

Qui croire ? A suivre.