C’est une situation que personne n’avait vu venir, que personne n’aurait osé imaginer parmi celles et ceux qui sont à l’origine de la suppression des douches sur les plages d’Argelès-sur-Mer…

Cette décision, qui n’est pas une première sur le littoral roussillonnais – d’autres stations balnéaires comme Torreilles ou Le Barcarès ont été pionnières dans ce choix de supprimer les douches de plage – a à Argelès-plage des conséquences inattendues, voire désastreuses sur certains commerces.

Par exemple, les boutiques de textile (chaussures, vêtements…) situées dans les allées piétonnes. Certaines ont vu leur chiffre d’affaires chuter de 40% parce que au retour de plage les baigneurs couverts d’ambre solaire et de sable ne s’arrêtent plus pour faire des essayages. Leur principal souci, en fin de journée, est de regagner au plus vite leur camping pour se laver.

Des brasseries du front de mer sont également concernées, car il n’est jamais très agréable de consommer en terrasse le corps péguant de tous les excès d’huile ou de monoï accélérateurs de bronzage, sans oublier les grains de sable qui s’accumulent sur l’épiderme scotchés par l’eau de mer ou l’ambre solaire. Des cafetiers font état, aux retours de plage, d’un manque à gagner de 20%.

Même si chacun reconnait le bienfondé de l’initiative de la municipalité argelésienne pour des raisons environnementales évidentes, de chasse au gaspi et de mesures écologiques (face à des baigneurs dispendieux qui dépensaient l’eau précieuse sans compter), n’a-t-on pas précipité les choses et mis la charrue avant les bœufs ? Par exemple, n’aurait-il pas fallu mettre en place un système automatique maîtrisant la consommation d’eau ? Autre exemple, ne pouvait-on pas réfléchir à l’utilisation d’une eau non potable, ou à recycler l’eau de mer ?…

A l’inverse des plages de Torreilles ou du Barcarès, Argelès-plage est avec ses allées piétonnes alignant des dizaines de boutiques et de restaurants un véritable « centre commercial » en front-de-mer.

Même si cela apparait compliqué, la municipalité doit vite trouver une solution pour éviter le pire en fin de saison.