Par Jimmy Paradis
« Je suis un fan de l’application Facebook et des réseaux sociaux en général. Cela me permet de suivre l’intégralité des actions menées par nos politiciens élus, je consulte donc la page du Sénat, de l’Assemblée Nationale… et bien sûr les Facebook des élu(e)s.
Mais quel fût mon choc émotionnel (permettez-moi d’être ému par le respect pour les personnes décédées) de constater que depuis le début du mois d’août dernier la page de Christian Bourquin – l’ancien sénateur des P-O et président de la Région Languedoc-Roussillon, décédé il y a un an – est de nouveau active, j’ai pu la lire.  Comme je vous l’écris.
Christian Bourquin paraphe un statut. Je lis le statut, non-non il ne s’agit pas d’une blague !, c’est bien lui qui publie des statuts sur sa page personnelle… et qui partage l’inauguration  du lycée qui porte son nom à Argelès-sur-Mer (courage aux professeurs actuellement), inauguré en grandes pompes au lendemain de la dernière rentrée scolaire. Surréaliste !
Ce qui me surprend, ce n’est pas tant les publications postées, mais comment cette démarche peut-elle être utilisée… à des fins électoralistes ? Car nous savons tous malheureusement que Christian Bourquin nous a définitivement quittés…
A l’heure où le compte à rebours a commencé, à quelques 90 jours des prochaines élections régionales, est-on tellement indifférent à sa mort pour réactiver sa page Facebook ?
Et si la réponse est oui, est-il moral de prendre le nom d’une personne qui repose en paix et le faire tourner sur les réseaux sociaux à travers une souffrance que certains habitants du Pays catalan partagent ?…
Permettez-moi simplement – mais lucidement – de trouver cela bien bas et j’ajoute que nous souhaitons à Monsieur Bourquin un vrai repos. Je me pose quand même le question, qui a bien pu publier à la place d’un défunt, certainement pas un proche, puisque on y trouve que de la politique ?
Décidément, ce département m’étonnera toujours… après avoir fait voter des morts, dans les années 90, voilà que maintenant on leur fait poster des messages sur les réseaux sociaux… Ce doit être unique en France, non ? ».
Jimmy Paradis
Candidat aux élections départementales 2015 du Mouvement Désobé!r