France inter a publié hier un article intitulé « Plongée dans les thérapies de conversions en France » où l’on fait état de ces pratiques existantes.
Une mission parlementaire sur les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne a été lancée cet été en France, elle débutera son travail d’auditions à 1 an cette semaine ! Le but étant d’interdire ces pratiques. Ma colère, en tant que membre LGBT, membre de l’association David Et Jonathan, responsable de plusieurs associations locales mais aussi catholique pratiquant, reste plus que jamais mobilisée, déterminé que je suis dans mon combat et mes convictions contre ces pratiques plus que régulières inacceptables ; ma colère ne désemplit pas.

J’ai écrit aux quatre député(é)s des P-O pour les sensibiliser, pour les alerter, mais également aux autres députés de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, afin d’insister sur l’urgence d’interdire ces thérapies et de lutter contre ce genre de pratiques barbares : car le but est de prendre une personne homosexuelle et de la violenter moralement pendant une semaine pour la faire « revenir à la sexualité normale »… et ça se passe aujourd’hui, en 2019. C’est retour dans le lointain passé de l’Inquisition !
Hier encore, quelques associations se sont réunies afin de dénoncer toutes pratiques de conversion. Il faut savoir que certains jeunes se suicident après ces conversions, mais la Collectivité semble rester insensible, impassible, et surtout ignorante ; elle est en tout cas d’un silence répugnant.
L’homosexualité est normale ! Je le dis, je le répète. Je persiste et signe. J’assume.

Celles et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont entendu ma colère, colère d’autant plus forte et sincère que plutôt que de se prêter à ce genre d’exercice absurde, j’estime qu’il est plus que urgent de lutter contre l’homophobie au sein des institutions, religieuses notamment.
Je n’hésiterai pas à dénoncer publiquement chaque conversion proposée par des responsables religieux ; je continuerai à lutter contre les homophobes des parvis du dimanche matin !
Je compte sur « ma » République pour interdire ces conversions et condamner ces actes d’une autre époque.
A bon entendeur !