Suite à notre billet du 4 septembre courant, la rédaction de Ouillade.eu a reçu la mise au point suivante :

« Le vide-grenier de Saint-André existe depuis plus de 10 ans.  Chaque année, la Mairie de Saint-André confie son organisation à une association. Pour des raisons de sécurité, la route nationale est systématiquement barrée et une déviation avec de nombreux panneaux de signalisation est mise en place, suivant un arrêté municipal.

Cette année, 13 bénévoles, appuyés par deux agents de protection civile,  ont encadré ce vide-grenier et assuré une permanence, sécurisant ainsi la circulation et guidant les automobilistes. L’association « Les Vétérans des Albères » a été remarquable dans sa gestion. Comme les dix années précédentes nous n’avons connu aucun incident réel, si ce n’est des incivilités de stationnement.  Cette prise de position anonyme d’un de vos lecteurs est surprenante ».

NDLR. La rédaction de Ouillade.eu persiste et signe. Cette année, en venant d’Argelès-sur-Mer, aucune déviation routière, aucune signalisation n’avait été mise en place. Les automobilistes devaient arriver jusqu’au cimetière (parking de la supérette InterMaché) où des bénévoles devant une barrière leur indiquaient « au pied du mur » que la route était barrée. Les automobilistes devaient ensuite rebrousser chemin, sur les indications des sympathiques bénévoles certes, mais ils étaient relâchés ensuite dans la nature pour tourner en rond dans les lotissements jusqu’à la Cave Coopérative s’ils voulaient, par exemple, rejoindre le village de Sorède. Deux de nos contributeurs se rendant ce jour-là dans les Albères l’ont vécu. Par ailleurs, depuis quand faut-il décliner son identité pour soulever un dysfonctionnement, un problème ? La vérité est toute simple : aucune signalisation routière n’avait été mise en place pour traverser la commune de Saint-André. Point barre.