« Les Océans qu’on Assassine »… LE nouvel album de quatorze chansons signées Pierre Leberger

 

Les trois spectacles qui étaient programmés pour la présentation de l’album de Pierre Leberger, avec Tomas Fletxe en première partie, ont été annulés à cause du contexte sanitaire. Un album qui aurait dû être présenté en avant-première au théâtre Vauban à Port-Vendres, le 21 novembre prochain…
Dès la première chanson, un très bel hommage est rendu à notre terre catalane, de Port-Vendres à Angoustrine-Villeneuve-Les-Escaldes en Cerdagne : un pays de lumière et d’eau… (un clip est disponible sur You tube music :……..).
Pierre s’est entouré des meilleurs musiciens, professeurs des classes de jazz du conservatoire de Perpignan :
Steeve Laffont : guitare manouche. Alain Diaz : guitare. Jean-Luc Lehr : guitare basse. Quentin Bourcy : Batterie. Michel Lovighi : contrebasse. Jinjou Leberger : violon 3e cycle. Christophe Fournier à la flûte et à l’affinage pour les prises de sons, les mixages et masterings.
L’éventail des thématiques traitées reste d’une actualité brûlante : le risque zéro, je suis tout couleur, ville vilaine en vilenie.
Dans quel monde vivront nos enfants demain ? c’est la question qui est posée dans la chanson qui a donné son titre à l’album : « Les océans qu’on assassine »«…Prés des centrales nucléaires, plus d’papillons, d’coléoptères… »; celui du registre amoureux est mis en avant dans la dernière page, la jeune fille aux cheveux bleus, impossible amour… celui de la guerre et de sa folie meurtrière : une jolie petite chanson… celui de l’aventure et de la liberté sur les chemins de saint Jacques de Compostelle, de la mer Méditerranée à l’océan Atlantique : la quête… Goéland, mon ami : « Il est le coursier, l’indomptable… le voltigeur infatigable…».
L’évocation du grand-père, est magistrale dans la chanson : mi abuelo… L’album se termine sur un poème d’Arthur Rimbaud : ma bohême…. « Je m’en allais les poings dans mes poches crevées… ».
Plus surprenante sera la chanson magnifiquement écrite sur mère Térésa : « Teresa les mains ouvertes ». Pierre a depuis toujours une immense admiration pour la dame de Calcutta… « Vous avanciez les mains ouvertes…Vous qui n’étiez qu’une soif d’être… Sœur de Jean, de François…».
L’écriture et la versification, essentiellement en alexandrins, sont rigoureuses et très soignées, la force des évocations et des images poétiques est remarquable.
L’ensemble des textes est présenté sur un livret de 24 pages illustrées par des aquarelles et dessins de Paul Antoine Leberger, les photos sont signées Loïc Robinot et Gabriel Diaz pour la photo des goélands.

Un vrai régal ! Bravo pour ce travail d’orfèvre !

Brigitte Cazenave

 

Pierre Leberger et Jinjou

 

-Pas de panique ! Si les prochains spectacles ont été annulés, vous pouvez écouter les quatorze chansons sur de nombreuses plateformes : You tube music, Deezer, I tunes…regarder deux clips sur You tube, vous procurer le CD à la librairie Torcatis à Perpignan, à la librairie de Port-Vendres, quai Pierre Forgas, ou encore à la cave Saint-Martin à Port-Vendres.

Qui sont les mécènes qui ont participé à l’aboutissement de ce projet ?

Le Domaine La Tour Vieille à Collioure, Le Domaine F. Jaubert à Ponteilla, La Confrérie des Libres Goûteurs, Le Vignoble de Pachakamac , La Cave Saint-Martin à Port-Vendres, Le Croqu’en Note, la radio RMC.