Il est 11h 30 en ce lundi 2 décembre 2019… Tandis que les cercueils des 13 soldats morts au combat traversent le Pont Alexandre III à Paris, accompagnés de militaires, anciens combattants avec leurs drapeaux, gendarmes, sapeur-pompier et une foule d’anonymes, commence l’hommage à Port-Vendres, ville marraine du 5e RHC qui a perdu 7 des siens

 


Les Port-Vendrais venus en nombre autour du maire, Jean-Pierre ROMéRO et son Conseil municipal, les représentants de la Région, du Département, du CNEC, de la Gendarmerie, les pompiers, le Commandant du Port, la SNSM se sont inclinés devant le sacrifice des jeunes militaires « morts en opération, pour la France, pour la protection des peuples du Sahel, pour la sécurité de leurs compatriotes et pour la liberté du monde, pour nous tous qui sommes là », disait le Chef de l’Etat.
Dans une atmosphère pesante, l’émotion à fleur de peau, le Colonel ALIS présentait la cérémonie, puis Joseph QUINTANE commençait la longue litanie des noms de ceux qui ont fait le sacrifice de leur vie pour que nous soyons libérés de la menace terroriste.
Après le rappel de l’histoire commune, fraternelle du 5e RHC avec la ville de Port-Vendres, Jean-Pierre ROMéRO  a lu avec émotion le message du Général GOUT, l’ancien Chef de corps du 5e RHC, signataire du parrainage en 2011 du Régiment avec la ville de Port-Vendres :
« Monsieur le Maire, cher Jean-Pierre, Je suis très sensible et nullement surpris par ce soutien de votre part, que je sais partagé par tous les habitants de la ville.
Le lien entre le 5è Régiment d’Hélicoptères de Combat et Port-Vendres s’est forgé d’année en année depuis le parrainage et cet événement tragique va encore le renforcer.
Nous allons traverser cette épreuve ensemble et nous conserverons le cap ».
Devant les portraits des jeunes militaires, ont également défilé les enfants de Port-Vendres. La directrice de l’école Pasteur et ses élèves, le principal du Collège de la Côte Vermeille, avec des collégiens de la classe aéronautique. A eux le mot de la fin : « c’est un événement triste, on le montre, on assure pour se rendre plus forts, et surtout on regarde vers l’avenir », disent à l’unisson Néo, William et Raphaël.