L’ abbé Martin Gabet, qui officie dans les églises des communes de la Côte Vermeille, est incontestablement l’un des plus populaires, parce que l’un des plus sympathiques, serviteurs de Dieu sur le sol roussillonnais.

Hier matin, à Port-Vendres, lors de l’inauguration de l’ avenue Jean-Jacques Vila par le maire, Jean-Pierre Roméro, l’ abbé Martin Gabet (que tout le monde ici appelle l’ Abbé Martin en toute simplicité) faisait naturellement partie des personnalités locales conviées à assister à l’événement, en présence d’environ 200 personnes, dont la députée de la circonscription, Mme Jacqueline Irles (UMP), de par ailleurs maire de Villeneuve-de-la-Raho et vice-présidente de l’agglo PMCA, le conseiller général du canton, Michel Moly (PS), maire de Collioure et 1er vice-président de l’assemblée départementale, le maire de Cerbère, Jean-Claude Portella (PS), etc-etc. Sans oublier la famille de l’ancien maire de Port-Vendres (de 1977 à 2001… quatre mandats !), Jean-Jacques Vila, réunie autour de sa veuve Mme Louisette Vila.

Alors que les personnalités et la famille étaient appelées à se regrouper sur le podium pour les discours autours du maire de Port-Vendres et son conseil municipal, Jean-Pierre Roméro invitait en ces termes et avec insistance l’ abbé Martin Gabet à le rejoindre à la tribune : « Venez mon Père, montez avec nous !, ce n’est pas parce qu’il y a eu la séparation entre l’Eglise et l’Etat que vous devez rester dans votre coin. Venez avec nous vous êtes le bienvenu… ».

L’ abbé Martin Gabet sort alors de la foule et prononce non sans l’humour qu’on lui (re)connaît cette belle phrase : « Pardonnez-moi monsieur le maire, je cherchais le soleil… ».

Le soleil… ou la lumière ?