Philippe VALLéS et Christopher, du restaurant éponyme à Saleilles… et bientôt également dans les ex locaux du mess des officiers, à Perpignan, face au Castillet.

 

Il aura tout fait, ou presque, Philippe VALLéS.

Souvenez-vous : les boutiques de prêt-à-porter « Anonyme », c’était (déjà) lui. Un bizness qui l’a auréolé de succès toute une décennie durant, irriguant des magasins du cœur historique de Perpignan jusqu’au Mas Guérido, à Cabestany. C’est la grande époque où Philippe VALLéS est capable de réaliser un chiffre d’affaire annuel d’1 million d’€ dans ses boutiques de fringues. Hé-naur-me !

Pendant des années, il a été le meilleur Ambassadeur du commerce du centre-ville, bourré d’idées, surfant sur toutes les tendances, chassant les idées reçues, découvrant les talents de vendeurs, multipliant les événements pour redynamiser un secteur moribond – un matin, sous les Arcades, dans les années 90, les Perpignanais.e.s se sont réveillé.e.s avec dix centimètres de neige qu’il avait importée de Cerdagne-Capcir -, ignorant les croche-pieds de la concurrence : il a été le jeune homme pressé qui a bousculé nos habitudes d’achat dans le textile. Avec du recul, il y aurait des leçons à (re)prendre chez ce Comédien de la Vente ! C’est sûr. Il pourrait être LE lauréat de tous les concours Lépine.

Désormais, c’est en ligne qu’on le retrouve : LASILICOMVALLES@GMAIL.COM

Mais comme il n’est pas un enfant né de la Révolution Numérique, même s’il s’y intéresse de très prés, Philippe VALLéS, sorte de « Shakespeare éternellement in love », nous joue un nouvel acte de sa pièce de théâtre sur les scènes les plus en vue du Pays catalan : ici au « Restaurant Jean », dans le quartier Saint-Assiscle à Perpignan, là, les pieds dans l’eau, chez « Jeanine à la Mer » à Sainte-Marie ou au « Naudo Beach Club » (NBC) à Canet-plage, « Chez Christopher » à Saleilles… Partout où ça bouge, où le courant passe, il est là : impossible à manquer !

Il adore faire son show devant les médias, et les médias le lui rendent bien. C’est lui, Philippe VALLéS, qui devrait être à la tête d’une mission pour « animer le tourisme » sous le soleil du Roussillon. Il en a les compétences, toutes les facettes du talent et, surtout, l’Envie de faire bouger, évoluer, les choses de la vie.

Philippe VALLéS nous revient donc avec son dernier concept : un bracelet trait d’union « à placer à deux », baptisé « Vague d’amour »

Le mode d’emploi : un, vous placez donc le bracelet « Vague d’amour » en couple ; deux, celui (ou celle) qui le reçoit fait un 1er vœu ; trois, vous faîtes deux nœuds, coupez et brûlez les rajouts ; quatre, si le bracelet se détache, faites un deuxième vœu pour… la planète !

En quelques semaines, ce sont plusieurs centaines de « Vague d’amour » qui ont déferlé sur le littoral catalan et dont on peut suivre l’effet tsunami sur les réseaux sociaux. Plages de Canet, de Torreilles, de Leucate, du Cap d’Agde… la déferlante amoureuse s’emballe « à la passion ».

Et dire que tout ça est parti depuis les quatre murs de la maison de sa maman, à Perpignan of course, où il a installé son pari fou pour relever un tel défi. Hors les champions locaux du digital, Philippe VALLéS fait rayonner Perpignan et sa région avec sa « french touch » puissamment inspirée d’un parcours professionnel local hors normes dans la vente. Avec lui, c’est certain, nous ne sommes pas (encore) au bout de nos surprises !

 

Le fameux bracelet « Vague d’amour »…