Farid BELACEL, Louis SCHWEITZER et Yan AGUILA (photos@Shareanddare – Philippe Vidot).

 

 

Chaque année, le Club des juristes, en partenariat avec le journal Le Monde et la revue Pouvoirs, décerne le Prix Guy Carcassonne du meilleur article de droit constitutionnel. Cette année, c’est Farid BELACEL, docteur en droit public de l’Université Perpignan Via Domitia (UPVD), et par ailleurs directeur du pôle juridique la Ville du Barcarès, qui a remporté la prestigieuse distinction.
Constitutionnaliste reconnu et disparu prématurément en 2013, Guy CARCASSONNE était engagé dans la diffusion des savoirs. En sa mémoire, le prix qui porte son nom récompense chaque année l’auteur d’un article inédit et portant sur une question constitutionnelle. Cet article doit faire aider à faire comprendre au plus grand nombre les enjeux juridiques, politiques, sociaux posés par la question abordée.
Le Prix Guy Carcassonne 2018 du meilleur article constitutionnel a été attribué à Farid BELACEL, chargé d’enseignement à l’UPVD, pour son article #MeToo “C’est en protégeant les droits des « cochons » que l’on préservera la liberté des femmes de les accuser”.
La cérémonie était organisée dernièrement au Conseil constitutionnel. C’est l’ancien Premier Ministre Laurent FABIUS en personne, son président, qui a remis le prix. La dotation, d’un montant de 1 500 euros, a quant à elle été remise par Nicolas MOLFESSIS, secrétaire général du Club des juristes.
Cette année, le jury était composé du directeur de la revue Pouvoirs, Olivier DUHAMEL, du Secrétaire général du Gouvernement, Marc GUILLAUME, de la rectrice de la Région académique de Corse, Julie BENETTI, de deux professeurs des Universités, Wanda MASTOR – Université Toulouse 1 Capitole – et Géraldine MUHLMANN – Université Paris II Panthéon-Assas –, de deux journalistes du Monde, Gérard COURTOIS et Patrick ROGER, et d’une journaliste indépendante danoise, Dyveke VESTERGAARD JOHANSEN.
Près de 130 articles ont été retenus dans le cadre de l’édition 2018 du Prix Guy Carcassonne.
Chaque membre du jury les a lus, sans connaître le nom des auteurs, et les a classés A, B ou C. Après avoir délibéré sur ceux ayant reçu les meilleures appréciations, le jury a décidé d’attribuer à l’unanimité de ces membres le Prix à Farid BELACEL pour son article le mouvement #MeToo.
« Remporter le Prix Guy Carcassonne, c’est un comme être champion de France de droit constitutionnel », nous a confié l’heureux récipiendaire. Après le bouclier de Pro D2 glané par l’USAP, c’est un autre prestigieux titre qui vient d’être ramené en terres catalanes.

 

Farid BELACEL et Alain FERRAND, maire du Barcarès, vice-président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole.

 

Farid BELACEL, Laurent FABIUS et Alain FERRAND.