Jean-Marc Pujol (UMP), maire de Perpignan, président de Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération (PMCA) : « Malgré un match remarquable de courage et de vaillance contre Clermont-Ferrand, l’Usap n’a pu se maintenir dans l’élite du Rugby français. Je veux tout d’abord remercier les joueurs et les entraîneurs pour cette prestation. Bien sûr je suis déçu mais c’est dans la difficulté qu’il faut soutenir le Club et tous ceux qui s’investissent car d’autres équipes font briller les couleurs de l’Usap. Désormais, il faut penser à la saison prochaine pour remonter dans le Top 14. La mairie de Perpignan sera présente aux côtés du club dans ce nouveau challenge ».

– Charles Campigna, ex adjoint aux Sports au maire d’Argelès-sur-Mer: « Georges Frêche avait raison encore une fois avant les autres. Rappelez vous ces propos « dans 10 ans il ne restera qu’un club en TOP 14 en Languedoc Roussillon, ce sera Montpellier », alors qu’à l’époque l’USAP était en haut de l’affiche et Montpellier en bas… Des propos qui lui avaient valu des insultes de la part de nombreux Catalans. On ne peut regretter encore une fois que Georges Frêche avait raison avant les autres. 

– Louis Aliot (FN), conseiller régional des P-O, président du Groupe d’Opposition Perpignan Ensemble (RBM) : « Cette défaite de l’USAP est d’une grande tristesse après un match aussi sérieux qui a permis de tenir sur son terrain l’une des plus grandes équipes du championnat. Même si la saison été en demi teinte, l’USAP ne méritait pas de descendre. Pour être allé voir une dizaine de matches, il a manqué un petit quelque chose au niveau technique ainsi que la fougue et la fierté d’antan… l’argent ne fait pas tout. Sauf pour ce dernier match, ou une fierté a été retrouvée…
Je pense aux supporters, aux dirigeants et aux Perpignanais qui devront faire face. Il faudra des la première année sortir de la pro-D2 pour retrouver l’élite. « Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort » (Nietzsche)… le club n’est pas mort et j’ai confiance aux capacités de rebond de l’USAP ! ».

– Yves Porteix, maire sans étiquette de Sorède, président du SIVU des Albères : « Beaucoup de tristesse, un peu d’amertume, une pensée très forte pour tous ceux qui se sont battus pendant des décennies et des décennies avec des vraies valeurs – courage, fierté et don de soi, amour du maillot… – mais malgré tout foi en l’avenir si contrairement à la saison qui se termine ce passage difficile est géré en prenant les bonnes décisions humaines, sportives, financières et identitaires qui s’imposent ! L’Usap n’est pas morte ! L’avenir est avec des combattants qui mouillent leurs maillots, et pas avec des mercenaires ».

Marc Badia, président de l’Office municipal d’animation (OMA) d’Argelès-sur-Mer : « L’Usap va compter ses joueurs, ses supporters, se ressaisir et retrouver sa place, je n’en doute pas un seul instant ! M. Rivière, nous sommes dans le ruisseau, mais ensemble nous allons relever la Têt ! ».

Thierry Méier, organisateur de spectacles, directeur de Boîtaclous : « Je n’ai jamais été abonné à l’Usap, la saison prochaine je le serai, pour aider à pousser fort… ».

Laurent Puigsarbé, patron du célébrissime Café Sola à Collioure : « MERCI M. GOZE ! Il arrive sur la bonne vague après M. Dagrenat, qui avait tout construit, lui!, et voilà que lui avec ses airs de maquignon a tout détruit après avoir décroché le pompon – titre de Champion de France en 2009 – et je ne parle pas de l’état des finances du club… ».

Michel Moly (PS), 1er vice-président de l’Assemblée départementale, conseiller général du canton de la Côte Vermeille – Qui rassemble les communes de Collioure, Port-Vendres, Banyuls et Cerbère : « Je suis très triste pour l’Usap, pour notre équipe. J’ai porté avec fierté ce maillot, depuis je suis resté fidèle aux valeurs de ce club qui sont le respect, le courage et l’amitié. Plus que jamais, je serai aux côtés de l’Usap pour que e club retrouve très rapidement sa place dans le Top 14. Son histoire, son passé, sont autant de forces qui lui permettront de reprendre sa place dans l’élite. Faisons confiance à ce grand club ! ».

Fatima Dahine, adjointe aux Sports de la Ville de Perpignan : « J’étais vraiment effondrée à la fin de la partie, car j’ai suivi le match en direct tout en ayant une oreille très attentive sur la rencontre opposant Oyonnax à Brive… Les joueurs de l’Usap ont livré ce samedi 3 mai 2014 un grand match. Ils n’ont surtout pas démérité. Ils sortent par la grande porte. C’est malheureusement la dure loi du sport. Il faut l’accepter. Maintenant, il faut rebondir. C’est maintenant que nous avons besoin de toute la ferveur et la fierté catalanes ! La mairie de Perpignan sera plus que jamais aux côtés de l’Usap, de ses joueurs, de son staff, de ses dirigeants et de ses supporters. C’est maintenant que les institutions qui sont parties prenantes, que les décideurs doivent se mobiliser encore plus pour montrer tout le poids et le sens de la réalité catalane quant il s’agit de relever les défis. Il faut se serrer les coudes et serrer les rangs pour que cette ferveur et cette fierté que tout le monde a dans les tripes puissent vivre et s’exprimer plus que jamais. Nous allons bien sûr continuer à les soutenir, pour faire en sorte de remonter dès la saison prochaine ».

– Pierre Aylagas (PS), député, maire d’Argelès-sur-Mer, président de la communauté de communes Albères/ Côte Vermeille : « La descente de l’Usap en Pro D2 est une catastrophe : pour le rugby, pour l’économie locale, pour la culture catalane ! Mais cette catastrophe peut être atténuée si on maîtrise cette relégation. Et le discours du président m’a rassuré ! Il veut gérer correctement la relégation et préparer le retour en Pro D1. Encore faut-il que les actes suivent les paroles ! Cette descente est regrettable pour plusieurs raisons, mais deux raisons sont essentielles : le bon match d’hier prouve que notre place est en Pro D1 et les mesures qu’il fallait prendre étaient connues mais elles arriveront trop tard ! Je terminerai en souhaitant que le Comité régional, l’Usap, travaillent ensemble pour que le rugby catalan se porte bien ; pour cela, il faut permettre aux clubs formateurs de pouvoir travailler en toute sérénité. Tous derrière le rugby catalan et sa vitrine Usap ! ».

François Calvet, sénateur-maire de Le Soler, 1er vice-président de l’Agglo de Perpignan (PMCA), président du Comité départemental UMP’66 : « Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre, nous reviendrons plus fort car l’Usap force de notre identité est comme la Catalogne immortelle ».

 Hermeline Malherbe (PS), présidente du Conseil général des Pyrénées-Orientales : « En tant que supportrice de l’USAP, comme tous les élus de l’Assemblée Départementale, je suis bien sûr infiniment triste de la descente du club en Pro D2, d’autant qu’ils ont mené leur dernier match avec courage et vaillance. Aujourd’hui, j’entends respecter le travail des instances dirigeantes et gestionnaires du club, qui doivent se réunir dans la semaine pour prendre des décisions quant à la saison prochaine. Viendra ensuite le moment d’évoquer l’avenir du club avec les collectivités dont le Conseil Général, qui est bien évidemment toujours aux côtés de l’USAP. »