Communiqué de presse.

« Particulièrement touchés par la canicule qui s’est abattue sur la France la semaine passée, les vignerons des Pyrénées-Orientales doivent faire face par endroit à des dégâts considérables dans leurs vignes brûlées par le soleil.
Le MODEF apporte son soutien aux viticulteurs qui ont perdu une partie ou l’intégralité de leurs récoltes. Parmi tous les risques auxquels sont confrontés les paysans, l’aléa climatique est le moins contrôlable. Les paysans font les frais d’importantes calamités mettant à mal, pour beaucoup, la pérennité de leur exploitation. Particulièrement impactées par les aléas climatiques, ces dernières années, les viticulteurs ont vu le coût des assurances augmenter considérablement. La trésorerie de nombreux paysans ne permet pas ou plut de les contracter.
Le MODEF, depuis toujours, se prononce pour la mise en place d’une caisse mutuelle des calamités agricoles.
Le MODEF demande le déclenchement de la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle avec une prise en charge à 100 % des pertes subies sur les surfaces agricoles sinistrées par le Fonds National de Gestion des Risques en Agriculture (FNGRA).
Le MODEF exige que les démarches soient simplifiées et que tous les viticulteurs soient informés rapidement des possibilités d’indemnisation mise à leur disposition.
Le MODEF propose l’activation des cellules d’urgence départementales afin d’identifier les besoins des viticulteurs sinistrés ».