Communiqué de presse du FN’66/ RBM :

« Alors qu’au plus haut sommet de l’Etat, le président MACRON souhaite supprimer l’incarcération systématique pour les courtes peines de prison, la criminalité ne cesse d’augmenter dans notre département : explosion des atteintes aux biens et des cambriolages (pas moins de 17 000 faits constatés !), augmentation de +3% des violences faites aux personnes, notamment aux femmes, sans parler du chiffre des escroqueries qui grimpe de plus de 8% ! Nous voyons, d’année en année, les chiffres de la délinquance battre des records dans les Pyrénées-Orientales, et ce sans évaluation officielle de la proportion de nos concitoyens qui n’osent même plus porter plainte, car trop « habitués » à l’impunité généralisée pour les délinquants !

Alors que les autorités préfectorales et les exécutifs locaux nous parlent de « hausse légère et de situation maîtrisée », ce sont les habitantes et les habitants de notre département qui subissent quotidiennement un peu plus, les conséquences de cette délinquance que les services de l’Etat sont incapables de freiner.

Rappelons que ces chiffres sont avant tout révélateurs des échecs de 30 ans de laxisme des différentes majorités locales et nationales, et ce malgré les milliards d’euros déversés pour les politiques de Prévention. Et malheureusement ce n’est pas la mise en place de la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ) qui semble vouée à l’échec, tant elle n’est pas accompagnée des moyens financiers et humains nécessaires, qui va endiguer cette spirale infernale. Cet effet d’annonce médiatique n’est pas sans rappeler la mise en place de la P.U.P. (Police Urbaine de Proximité) il y a plus de 20 ans maintenant, et dont chacun a constaté l’échec criant, car en décalage total avec l’évolution de la criminalité. Le véritable problème rencontré par nos forces de Police et de Gendarmerie, ce sont avant tout les lourdeurs des tâches administratives quotidiennes et l’impunité des délinquants multirécidivistes qui empêchent l’efficacité pleine et entière de leurs missions.

Les élus du Front National et du Rassemblement Bleu Marine des Pyrénées-Orientales dénoncent ces états de fait, et alors que le Gouvernement demande toujours plus de sacrifices aux Français, la liberté de vivre en sécurité, garantie par notre Constitution, apparaît aujourd’hui plus que jamais menacée ».