Deux mois à peine après son lancement – C’était exactement le jeudi 20 février 2014 – le quotidien « L’Echo du Roussillon » – serait en sérieuse difficulté…

La rumeur annonce que son rédacteur-en-Chef, Jean-Noël Fortier, aurait pris la poudre d’escampette, ou plutôt qu’il aurait été remercié par le fondateur et gestionnaire dudit journal des Pyrénées-Orientales, Pierre Ginabat, ancien directeur administratif et financier du quotidien L’Indépendant (du Midi)/ Groupe Les Journaux du Midi – Sud Ouest. Motif : « il avait une méconnaissance totale du terrain ». Et pour cause, Jean-Noël Fortier, la soixantaine, arrivait de l’île de la Réunion où il exerçait au Quotidien de La Réunion, jusqu’à son licenciement en 2011 dans le cadre d’un plan social.

L’information concernant le départ de Jean-Noël Fortier de « L’Echo du Roussillon » reste cependant à confirmer.

L’autre gros problème – et bien plus inquiétant celui-ci – qui toucherait « L’Echo du Roussillon » concernerait sa diffusion : elle serait de moins de 300 journaux vendus tous les jours (!), loin, très loin du cap des 10 000 exemplaires nécessaires à la survie du titre…

Si ce dernier élément venait à être confirmé, alors « L’Echo du Roussillon » serait condamné à court terme.