« Etre transgenre c’est être né dans le mauvais corps »

Tel était le thème du ciné-débat, qui a eu lieu le 25 janvier dernier, à Millas, organisé par le Mouvement des Jeunes Socialistes des Pyrénées-Orientales…
« Le Sexe et le genre, tout le monde en parle, beaucoup en ont peur et personne n’en a la même définition. Récemment Civitas, un groupe de joyeux lurons bloqués au Moyen-âge, avait tenté de faire pression sur Arte pour interdire la diffusion du film TOMBOY. Racontant l’histoire d’une petite fille qui se sent garçon, ce long métrage avait pourtant fait exploser l’audimat lors de sa diffusion, touchant le public français aussi bien que les critiques.

Pourquoi ont-il tenté d’interdire cette diffusion ?

Traitant avec une simplicité réaliste le thème du transgenre, ce film narre l’histoire de Mickael, nouveau dans le quartier qui tente de redémarrer une nouvelle vie. Il tombe vite amoureux de Lisa, sa voisine. Mickael bien que tentant d’échapper à sa réalité physique, est vite rattrapé par le quotidien qui le ramène à la personne que la société voudrait qu’il soit : Laure, une petite fille obéissante, féminine qui aime les robes et le maquillage comme toute les filles de son âge.

L’incompréhension et l’appréhension de l’inconnu, provoque chez certains la peur, voir même le dégoût ou la haine de l’autre. Nous, Jeunes Socialistes des Pyrénées Orientales, prônons la liberté d’exister comme on le souhaite, de se comporter comme on le souhaite sans avoir à être classer et à être restreint à jouer le rôle que la société nous accorde. Encore aujourd’hui, le travail pédagogique sur ce sujet est à continuer, le jour où les personnes ne seront plus définis par leurs sexes mais par ce qu’elles sont alors nous auront gagner la bataille idéologique contre la haine.
La transphobie est une réalité, et comme toutes les discriminations elle empêche ce qui fait notre richesse, le partage des différences et l’acceptation de l’autre ».