Les trois maires actant officiellement le bornage 2013 : Joan Vergès (Espolla), Yves Porteix (Sorède) et Sonia Martinez (La Jonquère).

C’est un rendez-vous qui apparaîtra pour certains dérisoire, rococo, voire ridicule par les temps qui courent, mais qui pourtant à l’heure de l’Europe, de ses ambitions de cohésions sociale et justement territoriale, donne de formidables signes d’espoir, de solidarité et de fraternité : chaque année, à la même époque, les élus des communes d’ Espolla et La Jonquère, en Espagne, et de Sorède (Sureda) côté roussillonnais, frontalières sur le massif des Albères, se retrouvent sur les sommets pour une manifestation des plus sérieuses… Cette année encore, d’autres élus locaux s’étaient joints à cette manifestation : Francis Manent, maire de Saint-André, et Christian Nauté, maire de Laroque des Albères.

Les trois maires – Sonia Martinez (La Jonquère), Joan Vergès (Espolla) et Yves Porteix (Sorède) – accompagnés de leurs conseils municipaux,  des représentants des services de l’Etat concernés (Gendarmerie, Police de l’Air et des Frontières, Douanes, Police, Guardia Civil, Office National des Eaux et Forêts…), d’amis, se retrouvent pour une journée ponctuée de près de quatre heures de marches à pied durant lesquelles ils sont amenés à vérifier le bornage du territoire.

C’est ainsi qu’hier, ils ont parcouru l’itinéraire qui relie les quatre bornes, haut-perchés sur les Albères… Une balade formidable, entre ciel et terre, au milieu de dizaines de vaches vivant à l’état sauvage, à travers forêts, clairières, sous-bois et rochers, ruisseaux, dans une nature vierge de toute pollution et offrant des points de vue panoramiques des deux côtés des Pyrénées, jusqu’à la Méditerranée, à chaque détour.

Yves Porteix (Sorède), Sonia Martinez (La Jonquère), Carles Lagresa (adjoint au maire d’Espolla), Francis Manent (Saint-André) et Christian Nauté (Laroque des Albères), arrivant à hauteur de la première borne).

Car si cette escapade administrative est une obligation au niveau des Etats, puisque son organisation est très officiellement actée sur des documents cosignés par les trois maires à l’issue de la vérification et de la situation des bornes frontalières, en revanche cette virée dans un environnement d’exception est d’une originalité précieuse dont le lien s’appuie sur un fil conducteur essentiel : la langue catalane. C’est elle qui, ici, permet depuis des siècles les échanges, le dialogue, au cœur des plus beaux paysages des Pyrénées, dans des espaces où il est permis de rêver et s’apaiser en toute liberté !

Un seul mot pour légender ce qui demeure aujourd’hui comme un bout de paradis dans un monde en folie(s) : Relax !

« Relax ! », grâce à un climat qui marche, au sens propre comme au sens figuré, dans une nature qui nous permet d’apprivoiser angoisses et anxiété, de se débarrasser des soucis du quotidien… pour retrouver un état de calme intérieur.

Hier, à la rencontre des territoires des communes d’Espolla, La Jonquère et Sorède, environ 70 participants ont pu goûter aux plaisirs de savoir connecter son corps et son esprit dans une atmosphère de convivialité unique et donc forcément inestimable : ils ont pu tutoyer les nuages, se ressourcer à la Fount de l’Orry, rencontrer toutes sortes d’animaux et végétaux, partager cette vitalité au grand air dans un esprit citoyen de respect des peuples, de leur histoire et de leur identité… la promenade physique s’est achevée, vers 14h, par un déjeuner champêtre, organisé cette année par la municipalité d’Espolla (charcuteries catalanes, roustes…).