Deux journalistes membres du Club de la presse Languedoc-Roussillon ont été reçus par le maire de Béziers, Robert Ménard (Rassemblement Bleu Marine), afin d’apaiser les tensions entre lui et le quotidien « Midi Libre ». La médiation a échoué.

La tentative de médiation a été très vite expédiée… « Aucune discussion n’a été possible », déplorent Olivier Roirand et Sébastien Hoebrechts, les deux journalistes en question.

Dans un communiqué, ils écrivent : « Robert Ménard a immédiatement envoyé les deux journalistes ‘se faire foutre’ (sic), les chassant de ‘sa’ mairie en proférant des insultes graves à l’encontre ‘des tocards’, les journalistes locaux, ‘d’une sous-presse’, les médias régionaux, et ‘d’un journal de merde’, le Midi libre. »

La mairie de Béziers et Midi Libre sont en conflit depuis des mois. Robert Ménard accuse le quotidien de publier des informations mensongères à son sujet, et se sert notamment du journal municipal de Béziers pour attaquer le journal régional, comme le rappelle Le Monde.fr. « Midi libre ment ! Midi libre ment ! », pouvait-on ainsi lire au mois d’avril.

Interrogé par Libération, Robert Ménard affirme avoir été piégé. « On m’avait présenté ce rendez-vous comme une visite de courtoisie, dit-il. Or, ces deux journalistes sont venus me faire une leçon de morale. » Sur le fond, il assume ses attaques contre les médias locaux. « Pour moi, Midi Libre est un journal d’opposition, et je ne vais pas m’incliner devant eux. J’ai été journaliste, et alors ? Tous les journalistes n’ont pas forcément du talent, et on a le droit de les critiquer sans menacer la liberté de la presse. »

ROBERT MENARD, MAIRE DE BEZIERS.