Centres commerciaux littéralement pris d’assaut par les consommateurs, hypermarchés surpeuplés, grands magasins bondés, aux rayons inaccessibles, dévalisés par une clientèle assoiffée par l’air du temps, « points relais » encombrés de colis du sol au plafond, camions de livraison défilant à la queue leu leu… Rarement époque, et plus particulièrement pendant la veille de Noël, n’aura connu autant d’affluence qu’en cette fin d’année 2016 !

Pourtant, il paraît que c’est la crise. Depuis des mois, des années, courbes et tendances à l’appui : éditorialistes, communicants, sondeurs, fameux et célèbres experts, en pantalons-chemise-cravate ou en jupon-top-froncé, ne cessent de nous le rabâcher à longueur de magazines et de petits-écrans : ça va mal ! Chômage + impôts + la dette pharamineuse + les incapables qui nous gouvernent + les nuls et les cabots qui ambitionnent d’assurer la relève = c’est sans espoir, c’est la galère : c’est foutu ! C’est fini. F.I.N.I.

Seulement voilà, encore et encore une fois, tous ceux-là – sans oublier toutes celles-ci : les Natacha POLONY, les Léa SALAMé, les Elise LUCET (peut être la pire), les pseudos-héritières de Germaine MORITZ SOLEIL (feu l’astrologue Madame Soleil)… – se sont plantés en beauté !

Ils n’ont pas vu venir le Brexit en Grande-Bretagne, Donald TRUMP à la Maison Blanche… Pas plus que l’armada céleste de Vladimir POUTINE dans le bleu de la Mésopotamie occidentale et la victoire de Bachar el-ASSAD à Alep… Pas plus d’ailleurs que l’échec du traité de Paix entre les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) et le président Juan Manuel SANTOS ; il aura fallu la pression d’un prix Nobel pour obliger les deux parties à remettre le couvert contre la volonté du peuple… Inutile d’insister davantage sur les échecs, les fiascos, les bérézina, les plantages, les revers de nos « chères-élites-et-spécialistes-ès-communication ». Ils sont tellement légion. Voilà ce qui arrive à force de se bourrer son propre crâne… Et de s’auto-convaincre de détenir la vérité vraie, l’information, le scoop !

On remarquera au passage qu’aucun de ces « experts » patentés, malgré les défaillances et les ratages, n’a, depuis, rendu son tablier, mis la clé sous la porte, jeté l’éponge… trop fiers qu’ils sont d’afficher leurs gueules tous les soirs aux 20Heures, sur BFMTv ou à C dans l’air. Passons. Continuons, plutôt.

Au fil des douze mois de l’an 2016, l’actualité s’est déroulée contradictoirement à ce qu’ils ont pronostiqué, qu’ils en attendaient, ou qu’ils en espéraient, un peu-beaucoup comme on va jouer au Tiercé, ou tenter sa chance à la loterie. Drôle d’époque.

Mais, c’est sûr, c’est la Crise !

Cela aussi, ils ne l’avaient pas vu venir, même pas pris soin d’analyser le phénomène : « Pourquoi une telle frénésie et autant de moyens pour dépenser ? ». Certes, pour les fêtes, il est d’usage qu’on se lâche davantage. L’autre explication : les épargnants n’auraient plus confiance dans les établissements bancaires. Du coup, quitte à se mettre à découvert sur le compte courant, on dépense plus que de raison… On préfère être cigale plutôt que fourmi ! Les temps changent… Ah, si nos media pouvaient s’en rendre « compte ».