Les dirigeants ont bien fait les choses pour fêter Noël. Surtout, ils savent entretenir l’ambiance de club qui permet, à toute une équipe, d’affronter avec courage les moments difficiles, mais aussi de fêter dignement ceux d’allégresses et de joies. La vie quoi !

C’est donc après le tournoi joué sur le stade du Barcarès ce matin du 17 décembre, que les dirigeants, les entraîneurs et les « gafets » se sont retrouvés dans le « club house » pour fêter Noël. Les « gafets » ont donc reçu leurs cadeaux, en l’occurrence, un sac et un bonnet. Que du bonheur !

Les « gafets » et leurs entraîneurs

Les « gafets », c’est cette bande de bambins ( garçons et filles ), qui se retrouvent tous les mercredis de 17 heures à 18 h 30 au stade Roger Averos du nom d’une ancienne gloire d’Estagel XIII trop tôt disparue.
Ils ont de 3 à 7 ans, divisés en deux groupes. Ceux de 3 à 5 et les autres de 5 à 7.
Jean-Marie, président de l’association des vétérans, et Anthony, sont les entraîneurs chevronnés des 3 à 5. Loîc, Romain et Lionel, ont eux, la lourde responsabilité des 5 à 7.
À aujourd’hui, l’école ne compte pas moins de 50 licenciés (ées) et les inscriptions sont toujours possibles.
Odile, et Anaïs quant à elles, ont en charge l’administration, qui n’est jamais une mince affaire. Elles préparent également le goûter des enfants après l’entraînement, car, comme elles le disent si bien : « Après l’effort, le réconfort ». Ce sont aussi, ces petits moments qui créaient une ambiance, une envie d’être ensemble, d’être une équipe soudée, fière de son maillot. Roger le trésorier, est présent également pour le bricolage et ses dons sont souvent sollicités d’après ce que nous avons pu comprendre.
L’année prochaine, ce sont les 7-9 ans qui seront accueillis dans la structure.

Quelle motivation pour créer cette école de rugby à XIII ?

Plusieurs objectifs qui sont aujourd’hui fixés, sont venus de la forte mobilisation des parents. D’après les propos d’Eric qui assume la responsabilité du club, la première motivation est celle de pérenniser le club. Ensuite, celle de permettre à ceux qui ont le rugby à XIII pour passion, de pouvoir continuer à supporter l’équipe de leur village encore longtemps.
C’est évident, dans notre milieu rural, les difficultés sont tout autres que dans les grandes villes. De ce fait, le bénévolat est une valeur sûre, indispensable au fonctionnement des associations. Tout doit donc être mis en œuvre pour le soutenir, l’aider.

Les aides des sponsors et des collectivités nécessaires

Ainsi, bon nombre d’entreprises locales ont été sollicitées, mais pas seulement. La fédération de rugby à XIII, ainsi que le « Comité du Pays Catalan », sont partie prenants de ses efforts prodigués pour construire, aider au développement d’une relève. Pour aider le rugby de nos villages à reprendre de la couleur, pour l’aider à exister.
Dans quelques années les « gafets » seront devenus grands. Avec courage et détermination, ils vont porter haut et fort les couleurs du village, d’Estagel XIII. Ils vont faire vibrer les cœurs dans les tribunes, engendrerons les rêves de victoires, de succès sur tous les stades, jusqu’à la consécration suprême.
C’est cela le rugby de village. Avant tout, une école de la vie ou se côtoient l’amitié, la solidarité, la générosité, le vivre ensemble.
Alors, bon vent à l’école de rugby à XIII ( garçons et filles). Bon vent aux couleurs de notre village Estagel, bon vent au renouveau d’Estagel XIII qui verra son nom, en gros titres dans la presse et ailleurs, dés l’année prochaine, nous n’en doutons pas.

Joseph JOURDA.