Estagel/ « F.Arago l’oublié » : de vraies valeurs
Le village rassemblé autour de vraies valeurs. Celles portées par la mémoire du plus illustre des Estagellois. Celles portées par son économie première, la vigne et le vin, les VDN (Vins Doux Naturels). Une initiative de premier ordre. Tant pis pour ceux qui se sont abstenus.

C’est ainsi que l’association « Estagel 21 », dont le président est Pierre CONTET, devait permettre à un nombreux public de se réunir pour apprendre de nouvelles choses sur la vie tumultueuse, prenante, surprenante de F.ARAGO, mais aussi pour mieux connaître la richesse apportée par les VDN (vins doux naturels) par l’intermédiaire d’Alain HALMA responsable à la chambre d’agriculture. Après la présentation des intervenants faite par Pierre CONTET, la conférence pouvait commencer.

La conférence de Guy JACQUES

Bien évidemment, nous connaissons beaucoup de choses sur la vie de François ARAGO. Parfois dans le désordre, mais sa vie, son œuvre, d’une manière générale, ne sont pas des inconnues pour les citoyens d’Estagel. Par contre, lors de la conférence, bien des anecdotes sont venues émailler, renforcer les connaissances. La chose qui apparaît comme certaine, est que la personnalité du savant incontesté, comme celle de tout être humain, est emplie de contractions. Bien sûr, ces dernières apparaissent d’autant plus fortes, avec plus d’acuité, lorsqu’il est question d’un personnage comme François ARAGO.
Ainsi, nous apprenons que ce dernier, ne pouvait travailler avec d’autres savants, que si des liens d’amitié étaient tissés. Qu’il était ami avec Jules Vernes. Que le public venait à l’académie des sciences pour entendre l’orateur. Qu’il était un très grand vulgarisateur reconnu par toutes les sommités. Il été également apprécié comme un grand brasseur d’idées.
Pour ce qui est de l’homme politique, le conférencier devait montrer que F.ARAGO n’était pas un super homme de gauche. Même si sans conteste, il a signé le texte de loi pour l’abolition de l’esclavage, Guy JACQUES devait donner des éléments sur les événements de juin 1848. Craignant les mouvements de foule, F.ARAGO aurait donné l’ordre de tirer sur les manifestants. À décharge, rien ne peut prouver, d’une manière certaine, qu’il en a été effectivement ainsi. C’est bien dire que le personnage est très controversé.
Il n’en reste pas moins, que la droite comme la gauche, ont toujours essayé de récupérer à leur compte, le savant, l’homme politique.
La lecture du livre « F.ARAGO l’oublié », rédigé par l’orateur, devrait nous apporter bien d’autres appréciations sur la vie et l’œuvre du savant, de l’homme d’État. À lire absolument.

Alain HALMA et les VDN (vins Doux Naturels)

C’est devant un public conquis, qu’Alain HALMA avec des précisons simples et compréhensibles par le plus grand nombre, devait expliquer comment sont vinifiés les VDN. Comment, par l’opération dite du mutage, (ajout d’alcool neutre), le sucre issu naturellement des différents cépages, reste finalement dans le vin. Il devait préciser que les VDN n’ont rien à voir avec un vin cuit auquel sont ajoutés des parfums, la mistelle ou encore avec le pineau des Charentes qui est un vin de liqueur.
Le lien était fait avec la loi dite « loi ARAGO », promulguée en 1872, donnant une sécurité de revenus, à cette production à faible rendements. C’est Emmanuel ARAGO, le fils de François, qui devait être à l’origine de ce texte.

Wineadvisor, c’est quoi ?

C’est une entreprise de notre département, constituée de jeunes talents en informatique, qui ont créé une application pour les portables. Il s’agit de prendre le cliché d’une étiquette de bouteille de vin et le reste est dit. Vous connaîtrez sa provenance, ou le trouver, les notes attribuées par divers intervenants. Cette application a été mise en place dans un but évident : rapprocher le producteur du consommateur. Si cette utilisation des nouvelles technologies est fortement appréciée au niveau régional par les professionnels, elle n’a pas encore atteint, aux dires de l’intervenant, une réelle prise en compte dans le département d’où elle est issu. C’est-à-dire les P-O.
Gageons que cette lacune sera vite comblée.

En résumé, une soirée pleinement réussie ou la culture, le savoir, la technologie récente liée à l’économie locale, ont été harmonieusement mêlés dans le plus bel ensemble.
C’est certainement ainsi, qu’Estagel du 21e siècle est en train de se construire.
Pour clôturer le tout, l’apéritif offert par la cave coopérative et la quasi-totalité des caves particulières, devait raviver les papilles au goût de nos merveilleux VDN.

Joseph JOURDA.