Certes, ce n’est pas une première, la méthode a déjà été utilisée, et elle a fait ses preuves, mais le phénomène irait en s’amplifiant…
Tout le week-end dernier, selon des habitants de Port-Vendres qui n’ont pas apprécié d’être sortis de leur lit à une heure plutôt matinale le jour du Seigneur, notamment, un hélicoptère de la Gendarmerie nationale « aurait tourné comme un avion » au-dessus de leur tête. But de la manoeuvre : repérer les vendangeurs non déclarés actuellement embauchés dans les vignes situées sur les territoires des communes du canton de la Côte Vermeille (Banyuls-sur-Mer, Collioure et Port-Vendres principalement).
Ce système de contrôle est désormais bien rôdé : des dizaines de clichés sont ainsi pris – comme lorsqu’il s’agit de repérer les propriétaires de piscines non déclarées – et servent ensuite aux enquêteurs administratifs et judiciaires (URSSAF, etc) qui se rendent chez les vignerons pour vérifier le nombre de salariés employés en période de vendanges. Ils comparent alors leurs dires avec leurs photographies (voilà un bon reportage pour le Festival international du photoreportage de Perpignan, Visa pour l’Image !).