La municipalité a dû changer son fusil d’épaule pour rectifier le tir concernant l’affiche, ainsi que le flyer, de la manifestation « Collioure Couleurs »* qui, chaque année pour les fêtes de Noël, annonce pendant les weekends de décembre un spectacle nocturne son et lumière original projeté sur les murs de l’église et du clocher du village

 

Cette initiative des plus insolites attire des milliers de personnes tous les vendredis et samedis du mois, à 18h 30 puis à 20h 30, sur le front-de-mer, au pied du Château Royal ainsi que dans la célèbre et prestigieuse baie de la Côte Vermeille.

A l’origine, l’affiche de cette année incarnait le thème d’un temple hindou, avec une immense langue tirée tel un pied-de-nez pour habiller le clocher de l’église.

Immédiatement, cette suggestion qualifiée pour le moins « d’olé-olé sur un bâtiment religieux » – et pas n’importe lequel – a soulevé une début de polémique porté par un certain émoi parmi la population.

Choqué par la démarche de la municipalité, le Conseil paroissial de Collioure a informé le curé du village, l’abbé Martin GABET, lequel a fait remonter l’information jusqu’à Mgr. Norbert TURINI, évêque du diocèse Perpignan-Elne. A l’évidence, les autorités religieuses roussillonnaises découvraient là la situation puisque visiblement elles n’y avaient pas été associées.

Le débat s’envenimant autour de ce qu’une partie de la population considérait comme étant « un sacrilège insupportable », parlant même d’une « affiche blasphématoire »… Alors que ses concepteurs répondent qu’il s’agissait là « d’une représentation de la bonté… effectivement pas accessible à tout le monde ».

Bref, finalement la municipalité de Collioure a décidé de faire marche-arrière et de revoir sa copie. Les choses ont fini par s’apaiser de part et d’autre après un dialogue constructif entre les uns et les autres.

Fin de la tempête dans un bénitier ! On ne rejouera pas Don Camillo à Collioure.

 

*Certains médias sur papier glacé n’ayant pas eu le temps de retirer l’ancien flyer de leurs pages pour cause d’impression mise en route, c’est donc « l’affiche d’avant » que vous retrouverez dans des agendas de programmation de spectacles, notamment. Sans (aucun doute) un collector !

Nous publions ci-dessous les deux photos de l’affiche en question, avant et après…