L’annonce de l’attribution des Prix Goncourt et Renaudot 2014 a été faite avant-hier à Perpignan à 13h depuis le restaurant Quai 66 à Perpignan, où le CML avait réuni les acteurs littéraires de la Région, en présence de François Rivière, président de l’USAP, Michel Pinell , adjoint à la culture, Françoise Claverie et  Jean-Jacques Bedu ; vice-présidents du CML (Centre Méditerranéen de Littérature) et des membres de l’équipe du CML, David Basman, Gérard Freixinos  et Yann Proix

Lydie Salvayre voit son roman «Pas pleurer», publié chez Seuil, récompensé par le Goncourt, tandis que «Charlotte», de David Foenkinos, remporte le Renaudot.

Lydie Salvayre a été couronnée mercredi par le Goncourt, le plus connu des prix littéraires français, pour Pas pleurer, un roman sur la guerre d’’Espagne hanté par la figure de l’’écrivain Georges Bernanos et la voix de sa propre mère. Pas pleurer (Seuil) a été choisi par les jurés au 5e tour, par 5 voix contre 4 à l’’Algérien Kamel Daoud, auteur de Meursault contre-enquête.

– «Je suis très heureuse, je suis très émue», a dit Lydie Salvayre, les larmes aux yeux, en se faufilant dans la cohue des journalistes rassemblés au restaurant Drouant, dans le centre de Paris, où est traditionnellement décernée cette récompense. Le roman de cette auteure française est hanté par la figure de Georges Bernanos et la voix de sa propre mère qui lui raconte au soir de sa vie l’’insurrection libertaire de 1936 en Espagne.

David Foenkinos, qui était l’’autre grand favori du Goncourt, a obtenu le prix Renaudot, décerné dans la foulée, pour son roman Charlotte, cri d’’amour pour Charlotte Salomon, jeune artiste juive allemande assassinée à Auschwitz à 26 ans. L’écrivain, qui a obtenu le prix au 6e tour par 5 voix contre 3 à Jean-Marc Parisis et une à Kamel Daoud, fait revivre avec passion le destin tragique de cette jeune femme dans ce livre édité chez Gallimard.

Une nouvelle page littéraire s’ouvre sur le Quai Vauban, grâce à ce nouveau  partenariat du CML et de l’USAP.