Ce vendredi 5 octobre 2012, au Domaine Bellavista, à Camélas (canton de Thuir), se déroulera le congrès du SNALC en présence de trois sommités à la réputation nationale dans le domaine de l’Education : Jean-Paul Brighelli, Marc Le Bris et François Portzer.

Ce congrès sera une première pour Karim El Ouardi car, pour la toute-première fois, depuis sa fondation en 1905, un Catalan devient président du SNALC Languedoc-Roussillon.

Karim El Ouardi, nouveau président du SNALC.

Thèmes à l’ordre du jour :

– fin du collège unique (les solutions du SNALC)

– l’excellence républicaine : l’ascenseur social en panne

– les classes « prépa » : quel avenir ?

– l’école primaire : que faire face aux difficultés de lecture, d’écriture et de calcul ?

Concernant les trois grandes personnalités annoncées

– Jean-Paul Brighelli a été révélé au grand public en 2005, lors de la parution de La fabrique du crétin, premier opus d’une série de quatre ouvrages fustigeant « le déclin du système scolaire français au cours des dernières décennies », et cherchant à y apporter des solutions. Appelant de ses voeux « une refondation de l’école », il milite en particulier contre les options des pédagogistes et pour un retour aux fonctions traditionnelles de l’école : la transmission des savoirs, l’apprentissage de connaissances et l’élitisme républicain. Pour atteindre ces objectifs, il est favorable à la suppression du collège unique (mis en place par René Haby et Valéry Giscard d’Estaing), la rénovation de la classe de seconde, la sélection des lycéens à l’entrée de l’université et la restauration de l’IPES pour choisir et former les enseignants.

– Marc Le Bris, instituteur, 50 ans, est directeur d’école à Médréac, dans le département d’Ille-et-Vilaine en Bretagne. Selon le principe que « l’instruction éduque, l’éducation n’instruit pas », il affirme que  « supprimer les notes à l’école primaire n’est qu’une tentative supplémentaire d’enlever le sel de toute chose, parce que quelquefois, ça pique. C’est une sorte de philosophie molle et sans tenue, d’origine bizarre, et qui permet à quelques personnages médiatiques gentils de se faire passer à bon compte pour encore plus gentils. Les gentils qui élèvent bien gentiment les petits enfants de bourgeois dans de la ouate bien confortable… qu’il ne faudrait donc pas troubler par des exigences d’un autre âge, des exigences d’instituteur par exemple, personnage réactionnaire s’il en est, réactionnaire comme cette école qui entendrait imposer des connaissances (…) ».

Marc Le Bris a publié chez Stock : « Et vos enfants ne sauront pas lire… ni compter ! ».

– François Portzer, nouveau président national du SNALC-FGAF, vient d’être élu à l’unanimité lors du congrès national qui s’est déroulé à Nice.

Le SNALC se définit comme un syndicat « foncièrement attaché à la transmission du savoir et à l’étude des « humanités », qui s’engagera toujours dans le combat pour la défense de l’enseignement et de ses disciplines formatrices », comme tient à le souligner Georges Balitrand, membre du bureau Académique.

Karim El Ouardi, le nouveau président académique, originaire des Pyrénées-Orientales, a choisi pour son premier congrès « un lieu d’exception, loin de la ville dans un climat apaisé, un lieu fantastique, le Domaine Bellavista ». Pour lui, c’est évident, « le SNALC reste le syndicat le plus crédible. Pour l’instant, le ministre Vincent Peillon a répondu favorablement à toutes nos attentes. Nous le jugerons sur ses actes. Fidèle à ses principes, le SNALC reste attaché à des valeurs humanistes et républicaines. Il est le seul syndicat à réunir dans toutes ses instances, académiques et nationales, des femmes et des hommes modérés de gauche, de droite, du centre voire apolitique réunis autour d’une même idée de l’école exigeante et de qualité pour tous, quelles que soient l’origine sociale, économique, ethnique ou confessionnelle de nos élèves et où qu’ils se trouvent sur le territoire. Notre objectif est de refaire de l’école le moteur de l’ascension sociale par le biais de la culture émancipatrice. Loin de toute idéologie politique, le SNALC continuera, pugnace qu’il est, à défendre cette école sans compromission aucune ! Dans l’académie de Montpellier, je m’y engage ».

– CONTACTS ET RESERVATIONS POUR LE CONGRES : 06 50 28 01 24 et snalcmontpellier.fr

Confirmation de participation obligatoire par mèl : president.snalcmontpellier@gmail.com