Un scénario catastrophe. Voilà comment l’on peut résumer la dernière étude en date sur les conséquences du réchauffement climatique, menée par la revue National Geographic. Selon la revue, si les conditions climatiques actuelles et les niveaux de pollution se maintiennent, des dizaines de villes, dont Barcelone, pourraient être englouties par la montée de la mer d’ici 5 000 ans.

Le constat de l’enquête du National Geographic est simple. Un masse de glace de 20 km cubes existe aujourd’hui sur notre planète. Elle pourrait potentiellement fondre d’ici les 5 000 prochaines années, en augmentant dangereusement le niveau de la mer. Et encore, si l’on en croit l’étude, « dangereusement » est un bien faible mot. Avec la fonte des glaces polaires, le niveau de la mer pourrait alors s’élever de 65 mètres.

Ce phénomène entraînerait de fait la disparition de nombreuses villes globales, comme Tokyo ou encore New York.

Parmi les continents les plus épargnés, l’Afrique, même si Le Caire, Alexandrie, et des siècles de civilisations égyptiennes seraient perdus.
L’Espagne serait également fortement touchée par cette catastrophe, avec l’engloutissement de Barcelone, mais aussi d’une partie de l’Andalousie, du littoral galicien, et avec la disparation complète de l’île de Majorque.
Alerter sur les dangers du réchauffement climatique

Principal responsable de ce réchauffement climatique selon l’étude : le rejet de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Au rythme actuel, la température moyenne au niveau mondial devrait progressivement passer de 14 à 27 degrés au cours de ces 5 000 années. Certes, les conséquences à 5 000 ans ne nous concernent pas directement, et certes il ne s’agit que d’une projection comme le rappelle d’ailleurs la revue. Le fait que la menace soit de si long terme ne fera d’ailleurs probablement rien pour faire accélérer les choses.

 

Mais l’étude du National Geographic est frappante, grâce aux cartes interactives et aux nombreuses données qu’elle met en avant. En citant directement des noms de villes et en les rayant de sa carte interactive, elle fait prendre conscience que les endroits où nous habitons et que nous prenons pour acquis pourraient un jour disparaître totalement sous la mer. Barcelone en fait partie. Selon le National Geographic, c’est aujourd’hui qu’elle peut encore être sauvée.
SOURCES : Léa Surugue (www.lepetitjournal.com – Espagne)