A la suite de la parution, hier dans ces mêmes colonnes, de la parution d’une contribution partiellement erronée, Danilo PILLON, adjoint au maire d’Argelès-sur-Mer en charge entr’autre de l’Animation, souhaite apporter les précisions suivantes :

« 1/ La somme de 2,5 millions d’€uros que vous évoquez, et que j’ai effectivement annoncé, correspond à des retombées médiatiques et non économiques. J’ai bien précisé lors de mon intervention en séance publique du Conseil municipal qu’il s’agissait d’un calcul concernant ce que la Municipalité d’Argelès-sur-Mer aurait dû débourser en rapport de l’équivalent des retombées médiatiques issues du festival Les Déferlantes et dégagées par la notoriété, la programmation et l’affluence populaire de ce rendez-vous. Annonces et comptes rendus autour de cet événement s’étalent dans de nombreux medias : presse écrite, télévisée, radio, internet… sans oublier les échanges sur les réseaux sociaux ! Bref, Les Déferlantes contribuent en été à diffuser d’Argelès-sur-Mer une image attractive bien au-delà des frontières de la région. On peut être d’accord ou pas d’accord sur le fonds avec ce festival, mais la réalité des faits est là. Je le répète, chacun peut avoir son opinion sur ce que (r)apporte le festival Les Déferlantes, je respecte le choix de tous, j’entends tout et d’ailleurs « de tout » à ce sujet, mais il ne faut pas raconter justement tout et son contraire, c’est-à-dire n’importe quoi.

2/ Vous annoncez l’arrivée d’une autre grande manifestation estivale dans la commune, or je n’ai jamais dit ça ! J’ai simplement précisé qu’au sein de la production de La Frontera, qui gère le festival Les Déferlantes, il y a une personne qui a également un pied dans un festival également d’importance internationale qui se déroule chaque année aux Pays-Bas, à Amsterdam. Et que cette personne, à partir de ce lien, de cette correspondance, de ce rapprochement, pourrait contribuer à développer l’image d’Argelès-sur-Mer, au travers des deux festivals, en Hollande. Cela pourrait peut-être, en tout cas personnellement je le souhaite, à faire revenir les jeunes touristes néerlandais dans notre station, à Argelès-plage, comme ce fut le cas à la fin des années 90 et au début des années 2000.

3/ Concernant, enfin, dans un tout autre domaine, l’absence de manèges lors des dernières fêtes patronales qui entourent la Saint-Côme & Saint-Damien, je tiens à préciser que cette absence des manèges est totalement indépendante de la volonté de la Municipalité. C’est au tout dernier moment que le principal représentant du « métier » nous a lâché pour des raisons de santé et, dans le délai imparti, il nous a été impossible de faire face. Les manèges reviendront bien sûr l’année prochaine. J’ai eu l’occasion, là-aussi, de m’en expliquer publiquement ».