C’est par cette belle après-midi de ce dimanche 15 mai, que l’association Ansigna’Muse avait donné rendez-vous à un large public. Ce dernier est venu prendre un réel plaisir à écouter de très belles voix. L’association, pour aider à préserver le patrimoine, revenant sur le devant de la scène à la suite de la pandémie, à son habitude, a fait dans le plus pur esprit de convivialité. Bravo aux bénévoles qui donnent sans compter de leur énergie, de leur temps, pour leur village

 

Le soleil envoyait ses rayons bienfaiteurs dans la salle Guy Barbaza, requise pour cette soirée, et où devait se produire la chorale. Si les premières chaleurs étaient là, pour réchauffer nos corps, les voix des choristes allaient bientôt réchauffer nos cœurs. Seule manquait la belle sonorité de l’église en travaux. Ces derniers, semblent être plus longs que prévus, mais en bonne voie malgré les difficultés rencontrées. L’opiniâtreté déjà légendaire du maire Jean-Philippe Struillou, élu aux dernières élections municipales, n’en doutons pas, fera le reste.

La chorale, la chanson, la musique, les voix, les belles sonorités : une passion

C’est ainsi que le président de la Chorale, Gérard Vidal devait présenter cette soirée. En effet, une passion que tous les acteurs entendent bien transmette au public nombreux en ce dimanche après-midi. Et chaque fois, le même mystère s’accomplit avec un auditoire toujours aussi attentif et sensible aux magnifiques accords. À la suite des mots de bienvenue de Lilyane Cardona, la présidente d’Ansigna’Muse, le récital pouvait commencer. C’est sous la conduite du Chef de Cœur Patrick Beltran, que Cantichorus devait se produire et sa prestation devait être fort appréciée. Les nombreux applaudissements, à la fin de chaque interprétation, devaient, sans conteste, venir certifier cette appréciation.
Au nombre de neuf, ces dernières devaient venir confirmer la communion entre un public conquis et la chorale, toujours à la recherche du meilleur, du sublime. Toutes, aussi bien interprétées par la trentaine de choristes qui finalement, stimulent cette envie de donner de la voix pour le bonheur des autres.
Comme la tâche doit être dure et parfois difficile !
Il est à noter la présence de trois choristes d’Estagel, ce qui explique la présence d’un certain nombre d’Estagellois à la représentation. Des mélomanes pour sûr !

Une grande diversité de chants

Ces divers chants, devaient passer de Canticorum Jubilo de G-f Haendel, à la « Palomita » de Sabin Salaberri, en passant par « La Balade Irlandaise » de Marnay-Stern.
Au moment de la clôture, Jean-Philippe Struillou, le maire, devait venir expliquer pourquoi le choix de la salle en lieu et place de l’église. Nous lui souhaitons encore une fois, pleine réussite dans la réfection de cette dernière. Ceci le plus rapidement possible, pour le plaisir de tous.
Après cette magnifique entrée en matière, pour ce printemps ouvrant la porte à un été que nous espérons plein de surprises culturelles à Ansignan, il ne nous reste plus qu’à dire à très bientôt dans ce milieu rural cher au cœur de toute une population.
Nous savons que d’ores et déjà, des projets sont en train de naître et pour certains en bonne voie, dans la tête de Lilyane.
Et comme à son habitude, le pot de l’amitié offert, devait clôturer ces moments magiques. Et les discussions devaient se poursuivre pour donner plus d’amplitude à la culture dans le milieu rural trop souvent abandonné.
Bonne continuation à Ansigna’Muse.

Joseph Jourda