L’été, à Argelès-plage, on voit de ses trucs incroyables à deux, à quatre roues… chenilles non comprises ! En sortant de boîte-de-nuit, on peut même voir des tapis volants auréoler La Massane ! Si, si !…

Les deux roues, les envahisseurs ! Ils ont investi la voie publique, impossible de les éviter, ils sont les rois « sans pétrole » du bitume, à Argelès-sur-Mer… Ils s’accordent même le luxe d’ignorer le code de la Route, les pistes cyclables, les passages piétons, de slalomer entre les bagnoles, entre les landaus, entre les fumeurs de joints… bref, ils se permettent tout, sans permis ni permission. On dit même que les flics locaux tournent la tête quant ils les voient passer ! Un TOC de bienveillance…

Embarquez-moi tout ça ! S’il s’agissait de voitures, il y a longtemps que la fourrière aurait fait le ménage…

Minibus électrique. C’est la dernière trouvaille estivale de la Municipalité d’Argelès-sur-Mer pour être dans la tendance des « déplacements doux ». Il y en a deux, qui relient chaque jour, en permanence, le village à la plage. Problème : on ne connait ni les arrêts ni les horaires… Nez en l’air, au pifomètre ! Mais ça va arriver, laissez le casting se mettre en place. A Argelès-sur-Mer, faut jamais désespérer, surtout lorsque Monsieur le maire est en vacances

Ah le fameux « petit train » (le « Trainbus »), que le monde entier nous envierait ! Joyaux inimitable et irremplaçable des transports en commun d’Argelès-sur-Mer, qui réussit à desservir quotidiennement la cinquantaine de campings qui font de la station LA capitale européenne des campeurs

Le Trainbus est à Argelès-sur-Mer ce que le clocher et les anchois sont à Collioure, le Lydia et l’Electrobeach au Barcarès, les escargots à Bompas, la cerise à Céret, l’abricot au Roussillon, la famille Alduy à Perpignan, le miel aux Aspres, le Bocal au Tech (et pas en teck !)… Indémodable, indétrônable… inestimable pour la carte postale et les selfies des vacances

A pied, à bicyclette, en automobile, en train, en bus, en ULM, en bateau, en paddle, en trottinette électrique… et à dada, évidemment !