Mais que se passe-t-il à Céret… Céret va-t-elle enfin se réveiller ?

 

Depuis les travées du stade Fondecave aux terrasses du Pablo ou du France, des murmures persistants font écho de qui sera le favori pour succéder à Alain TORRENT qui, à 73 ans (depuis le 21 janvier), élu et réélu depuis 2001, fini péniblement son mandat.
Alors que les plans de Patrick PUIGMAL, adjoint au maire, fonctionnaire de l’Administration fiscale (trésorerie ou impôt ?) fonctionnaient à merveille, en faisant sien, le « body language céretan », le scenario parfait : corps constitués/ intermédiaires (à préciser), comme Henri SICRE (l’ex député-maire de Céret) et « Bob » GARRABé (l’actuel maire de Saint-Jean-Pla-de-Corts et vice-président du Département) ; adhérant discrètement, timidement, à la section du Parti Socialiste (PS) local, ou ce qu’il en reste, et adoubé par le conseiller départemental du coin, Robert GARRABé himself.

 

Voila que l’arrivée sur le plan national de la « macronie », est venue gripper ce qui devait se jouer sur du velours, et qui, avec l’explosion du sacro-saint PS et de la gauche en général qui n’a plus de boussole, pourrait se transformer en scène des Bourgeois de Calais, ici de Céret en l’occurrence, remettant les clés… mais à qui ? Là  est LA question.
Voila par ailleurs qu’une frange apparenté celle-là, « aux vrais, aux authentiques cérétans », n’accepterait pas de laisser cette passation de pouvoir et revendiquerait aussi le poste : le fidèle parmi les fidèles Jean-Louis ALBITRE, se sentirait-il trahi ? Acceptera-t-il encore une foi de jouer les second rôles, et de voir le train passer, rester encore assis sur le quai de la gare… de Céret, lui qui loyalement attendait son tour.

 

Oui vous l’aurez compris : Céret n’est pas une ville comme les autres : les corridas, les cerises, le rugby, mais aussi son empreinte culturelle… oui, Céret qui a su châtier le socialiste Henri SICRE, député pendant quatre mandats, certes trop loin de la population, mais qui lui a donné une certaine renommée par son Musée d’Art Moderne, n’est pas à une controverse près !

 

Beaucoup trouvent que la sous-préfecture vallespirienne s’essouffle, qu’elle ne pèse plus grand chose sur l’échiquier  politique départemental, et c’est si vrai que cela crée aujourd’hui des vocations insoupçonnées, des velléités.
« Insoupçonnées », me dites vous ? Il se murmure que cela suscite même des vocations les plus impénétrables… Oui, vous avez bien lu ! Vous n’allez pas en croire vos oreilles, mais même l’ancien curé, le Père SEGONDY, défroqué depuis peu, serait sur les rangs et en campagne électorale : qui l’eut cru !?…  Si nous étions dans un bastion communiste, imaginons un instant à qui nous pourrions faire référence… Langue au chat ?
Partira-t-il en tête de liste, ne sera-t-il qu’une personne ressource, un relais d’opinion pour attirer les voix des plus conservateurs ? Là est une autre paire de manches électorales !

 

Il se murmure que tel le PS local, le Céret Sportif ne serait plus lui aussi le suffisant strapontin pour glaner la victoire… un des anciens co-présidents suppléant aux dernières élections législatives l’a appris à ses dépends….
Il se murmure, qu’une liste émanant du meilleur de la liste de 2014 de « Demain Céret » serait également solidement encrée, avec des renforts de poids et d’ouvertures. Cette dernière, dont on devrait entendre parler très prochainement, contrarierait fortement le plan d’action « du sieur PUIGMAL », alors que M. SASERAS de « Céret Avenir » est toujours présent et consciencieux, que fera-t-il ?

 

Tout cela nous laisse présager des mois à venir agités, pour le moins.
Enfin, suite au prochain épisode, pour cerner qui redonnera un peu de sa superbe à la capitale de la cerise !