« Marre de ce discours de culpabilisation et d’infantilisation contre les Français !…

Si nous sommes nombreux à ne pas avoir pris immédiatement au sérieux le risque de l’épidémie c’est en grande partie à cause des discours contradictoires du gouvernement et du Président de la République, Emmanuel Macron :

– Jeudi, ils ferment les écoles, mais maintiennent les élections municipales (dans les écoles !).
– Vendredi, ils interdisent les rassemblements de plus de 100 personnes mais maintiennent toujours les élections municipales.
– Samedi, ils ferment tous les cafés et restaurants mais maintiennent encore les élections municipales.
– Dimanche, ils laissent plus de 20 millions de français se déplacer aux urnes.
– Lundi, ils décrètent le confinement de toute la population à partir du lendemain et reportent le second tour des élections.

Le manque de cohérence au plus haut de l’Etat ne pouvait pas conduire à une prise de conscience immédiate et collective du risque.

Cela ne sert à rien de nous parler comme à des enfants qu’on punit et enferme dans leurs chambres quand on a géré aussi mal et avec autant de légèreté la crise sanitaire de cette pandémie.

Nous aurions pu éviter cette situation comme d’autres pays (Corée du Sud, Allemagne…) avec un dépistage massif, un contrôle immédiat et strict des frontières, et du coup une quarantaine des personnes malades à soigner et non de toute la population.

Cette situation de confinement est devenue nécessaire et doit être respectée, mais ce n’est pas à cause de l’inconscience des français mais celle de nos gouvernants ».

Olivier Amiel