Sous ce titre, Olivier AMIEL, conseiller municipal et communautaire de Perpignan, trésorier de la fédération départementale du parti Les Républicains des Pyrénées-Orientales (LR’66), communique :

 

« Des amis ne vivant plus sur Perpignan m’ont contacté pour m’indiquer qu’on leur remontait une rumeur incroyable : mon ralliement à Louis ALIOT et donc au Rassemblement National de Marine Le PEN !

Quand on connaît mes convictions on sait très bien qu’il est impossible pour moi d’envisager le moindre rapprochement avec l’extrême droite.

Mais cette anecdote prouve que la propagande locale d’En Marche et de ses alliés (MoDEM, Oui au Pays catalan et autres groupuscules…) a quand même un peu fonctionné, eux qui n’ont pas hésité à couper une photo (comme du temps de l’ère soviétique) prise au stade Aimé Giral pour communiquer sur ma prétendue proximité avec Louis ALIOT.
Nous étions seulement sur le terrain pour le coup d’envoi d’un match en tant qu’élus à l’invitation du président de l’USAP que les « jdanovistes » locaux ont opportunément effacé…

C’est quand même très cocasse qu’En Marche et ses alliés locaux de circonstance tentent de faire croire à mon improbable rapprochement avec l’extrême droite alors que leur candidat Romain GRAU est soutenu publiquement par l’ancienne tête de liste FN en 1995 (Jean-Louis de NOËLL*) et par l’ancienne numéro 2 de la liste FN de Louis ALIOT aux municipales sur Perpignan en 2014 (Clotilde FONT-PUTHIER)… On a connu mieux comme « rempart » à l’extrême droite !

Il est évident que je ne m’allierai jamais avec l’extrême droite de Louis ALIOT et je suis d’ailleurs le seul élu de droite à l’avoir clairement exprimé, comme l’a rappelé le quotidien national Libération (le 17 juin 2019) qui n’est pas vraiment de mon bord politique.

Je ne partage aucune valeur avec l’extrême droite de Louis ALIOT, c’est un fait.

Et j’avertis les électeurs de certaines contradictions avec un élu qui dit vouloir se consacrer « à sa ville »mais qui est plus souvent sur les plateaux de BFM qu’ici et qui a séché 18 séances sur 39 du Conseil municipal depuis le début du mandat (19 certainement jeudi prochain puisqu’il est actuellement au Japon pour jouer au rugby avec le XV parlementaire et assister aux frais de l’Assemblée nationale à la coupe du Monde).

Je souligne donc l’ambiguïté et les contradictions de ces deux candidats lanceurs de « fake news » qui ne cherchent qu’à créer un écran de fumée pour masquer leur absence de propositions concrètes pour les habitants de Perpignan ».

Olivier AMIEL

 

*Olivier AMIEL dit vrai, comme le montre la photo ci-dessous, dans le cercle rouge, Jean-Louis de NOËLL, ancien secrétaire départemental du Front National (FN) des Pyrénées-Orientales, ancienne tête de liste FN sur Perpignan, est bien désormais l’un des conseillers techniques politiques de Romain GRAU, dont il est à ses côtés (toujours dans le cercle rouge) tête de liste d’En Marche, du MoDEM, de Oui Au Pays Catalan et d’Agir pour les municipales de mars 2020… Qu’en pensent MM. Emmanuel MACRON, Edouard PHILIPPE… et accessoirement François BAYROU ?

 

 

 

 

 

///////////////////////////////

 

NDLR. Nous tenons ici à rassurer Olivier AMIEL : en ce qui nous concerne, à la rédaction de ouillade.eu, la seule rumeur politique que nous avons entendu jusqu’ici le concernant, c’est qu’au second tour des prochaines élections municipales sur Perpignan, en mars 2020, il ralliera son candidat « naturel » : Jean-Marc PUJOL (LR), maire sortant de Perpignan et président de la métropole.