« Après la lecture de l’article publié sur le site Ouillade.eu, hier lundi 4 avril 2016, concernant les défections d’élus au sein du Front National des Pyrénées-Orientales, je ne peux que me réjouir de faire partager mon opinion personnelle aux habitants du département.

Ayant par le passé milité au sein du Front National de la Jeunesse (FNJ), j’ai pu au fil des années me forger une idée précise sur le «Parti» en question. J’ai participé à un certain nombre de meetings au sein du département, au XIVe Congrès de Tours du Front National en 2011, à deux défilés du 1er mai à Paris, à pas mal de rencontres soit disant patriotiques, à de nombreuses activités de collage d’affiches, distributions de tracts etc.

Force est de constater que la moyenne d’âge lors de ces rassemblements avoisine les 60 ans, des personnes qui se dévouent malgré leur retraite au sein d’un parti politique qui se fiche éperdument de leurs préoccupations réelles et ne leur accorde même aucun considération. Rassurez-vous, les jeunes de moins de 30 ans, on y prête guère attention non plus puisque le Front National est un parti que l’on pourrait qualifier de «gérontophile». Si vous envisagiez de vous y engager, vous perdrez votre temps et votre énergie à travailler plus pour les cadres de ce parti et leurs petits copains qu’à préparer votre avenir scolaire et professionnel et qu’à rechercher des solutions aux problèmes rencontrés par nos concitoyens.

Dernièrement, j’ai pu constater que la direction du mouvement est plutôt très encline à vouloir balayer les éléments sains qui se sont dévoués pour une cause réelle et ont pu poser des bases solides en matière de communication, gestion du temps et étude des dossiers au sein des diverses instances au profit de nouveaux venus, que l’on préfère gaver et couvrir d’honneurs éphémères pour éviter de les écouter.

Si vous êtes restaurateur, envisagez d’inviter les cadres du FN à manger chez vous : ils y établiront leur «cantine» et surtout s’évertueront à bien répéter en chœur et par cœur ce que la hiérarchie de Nanterre a décidé de leur faire réciter. M. ALIOT a peut-être la parole, mais ne la concrétise pas dans des actes. Malheureux pour un ancien joueur de rugby. Quand on a un objectif en tête, on s’efforce de le poursuivre au lieu de divaguer à droite, à gauche et de perdre du temps. De plus, M. ALIOT a été absent à quasiment toutes les réunions plénières et du Groupe au Conseil Régional et ce, pendant des années.

Avant de parler à propos de balayer devant sa porte, on tâche de tourner sa langue sept fois dans sa bouche. De nombreux militants et élus, dont Mmes FONT, KORTáNEK, PELRAS,  etc. ont sacrifié leur temps et leur santé pour contribuer au mouvement, pour être au final écartées sans raison au profit d’arrivistes sans aucune envergure. Quant au «travail nul de la personne ingrate», je n’ai pas souvenir d’avoir vu beaucoup de bénévoles se dévouer autant au sein d’un mouvement, à part ceux qui viennent de se faire jeter sans considération.

Le 4 avril 2016, M. le Secrétaire départemental par intérim plastronnait en évoquant les anciens élus écartés comme les branches pourries d’un arbre malade qu’il faut couper. Je pense qu’effectivement, l’arbre doit être coupé, mais depuis la racine pour éviter la contagion et d’autres scénariis burlesques et ridicules souvent rencontrés dans la fédé’66.

 

Au final, le FN’66 ressemble de plus en plus au célèbre paquebot «Titanic» où les cadres lucides ont réalisé à temps qu’il fallait le quitter au plus vite pour éviter le naufrage. Le sort en est jeté, les habitants du département des Pyrénées-Orientales tentés par un vote FN ont du souci à se faire et risquent une profonde désillusion ! ».