-Ne soyons pas, ici, « la gauche la plus bête du monde » !

Bien sûr, nous avons des différences. Elles justifient l’existence de nos formations politiques distinctes. Mais, les différences n’empêchent pas le rassemblement. Si tel était le cas, il y aurait alors autant de partis qu’il y a de partisans.

Par peur peut-être, ou par facilité plus certainement, la tentation est grande d’un repli sur soi, dans une zone de confort où la contradiction est moindre. Pourtant, et c’est une évidence, ce qui nous rassemble est tellement plus important que ce qui nous divise ; pas de quoi avoir peur donc, pas de quoi renoncer.

Lors des dernières élections municipales à Perpignan, le Parti Socialiste que je représentais, avait décidé, avec d’autres, de constituer une liste d’union conduite par EELV. Cette décision avait été prise en conscience par une très large majorité des militants socialistes. Malgré l’issue du scrutin, essentiellement due au rejet massif du maire sortant et, il faut le dire, à un rassemblement à gauche finalement moins large qu’espéré par le PS, la campagne a permis de confirmer l’existence de nombreux points de convergence et la capacité des uns et des autres à travailler ensemble.

Pour les élections départementales, le Parti Socialiste entend une nouvelle fois lutter contre un éclatement mortifère qui conduirait, de nouveau, à faire la part belle aux extrêmes. Les conditions du rassemblement sont là, les enjeux sont connus de tous.

Ce qui nous contraint aujourd’hui est une chance pour demain.

L’ouverture et le renouvellement souhaités par la majorité actuelle permettront de donner un nouveau souffle à l’action d’un département solidaire, écologiste et citoyen.

Alors, ne soyons pas, ici, « la gauche la plus bête du monde » !

#électionsdépartementales2021 #mondepartementencommun #eelv #générationécologie #génération.s #particommuniste #partiradicaldegauche #placepublique #partisocialiste

 

 

Mathias Blanc

Militant de la Fédération Catalane du Parti Socialiste