« Aux candidats à la mairie de Collioure .
Un maire va partir, un autre va le remplacer. Le nouvel élu doit-il systématiquement annuler les projets de son prédécesseur même si certains d’entre eux paraissent pertinents, structurants, voire indispensables pour la ville ? telle est la question que l’on doit se poser

 

Je veux parler là du projet de centre médical prévu sur le site du parking des pêcheurs en plein centre ville. Je ne vais pas ici porter un jugement sur les projets et les réalisations de la municipalité conduite par Jacques MANYA*, chacun a le sien et c’est bien normal, mais m’attacher uniquement à ce projet de centre médical.
Il m’apparait, et cela semble partagé par de nombreux Colliourencs, que ce projet répond de façon intelligente à plusieurs problématiques posées à notre commune. Une ville comme la nôtre, célèbre, touristique, particulière, va, à cause de la pression immobilière et de l’augmentation des prix des locaux professionnels qui en découlent, et aussi c’est vrai à cause du changement de manière d’exercer la médecine des nouveaux praticiens, se trouver en manque de médecin comme nous sommes déjà en manque de dentiste depuis quelques années.

Le docteur Jean-Pierre DOUNYACH va arrêter fin 2019, le docteur Jean-Michel EUSTACHE fin mars 2020, inutile de préciser qu’ils n’ont pour l’instant pas de remplaçants.

Sans centre médical, plus d’avenir pour la médecine libérale. Pour attirer de jeunes praticiens il faut des structures modernes, collectives et techniques, répondant aux nouvelles normes dans les quelles on peut réunir diverses professions, améliorer le service médical, le sécuriser et mutualiser les dépenses. Le centre médical proposé répondra parfaitement à toutes ces problématiques.
Aujourd’hui, on le voit, il y a urgence.

Ce projet est vital, on ne peut plus attendre, il en va de l’avenir de Collioure. J’ai entendu certaines des critiques formulées à son encontre, et je ne les trouve pas justes. Le projet ferait perdre quelques places de parking, c’est vrai, mais cela peut être facilement compensé en augmentant les places dévolues aux Colliourencs sur le parking du glacis. Il ferait la part trop belle au promoteur qui gagnerait de l’argent sur ce projet, c’est comme si ailleurs à Collioure, les promoteurs avaient bâti pour les beaux yeux des Colliourencs. Bien sûr qu’un promoteur doit gagner de l’argent, c’est normal. Le projet créerait trop de logements, comme si bâtir des logements en centre ville serait une erreur. C’est au contraire ce qu’il faut faire. Aujourd’hui le centre ville meurt. En hiver les habitants sont très peu nombreux, les rues et les commerces sont déserts, et il ne faudrait pas de nouveaux habitants ?

Ces logements médicalisés apporteront à la ville une population apte à se mêler au tissu local, à faire vivre les commerces du centre ville.

Il en faudrait d’ailleurs d’autres, par exemple à la gare, ou construire des logements pour y vivre à l’année serait un bonne chose pour revitaliser notre ville.

Si construire dans les écarts pour des gens ayant des origines locales ou travaillant sur la commune a un sens, pour ceux n’y ayant aucune attache, cela n’en a pas. Par contre, construire en centre ville, même pour des gens d’ailleurs, cela a toujours du sens. Aujourd’hui, dans nos communes menacées de devenir des cités dortoirs, recréer du lien, essayer de retrouver une âme, passe par une redynamisation du centre ville et donc par une densification de l’habitat.

On le voit, ce projet répond à ces attentes. Quant à la question de sa lourdeur architecturale, soulevée également, c’est une affaire de point de vue. On peut toujours essayer de l’améliorer en retravaillant sa façade pour avoir une meilleure intégration, mais c’est je le redis une affaire de point de vue. Enfin, et ce n’est pas la moindre de ses qualités, il ne devrait pas couter un centime au contribuable. En ces temps de finances difficiles pour les communes ce n’est pas négligeable. J’ajouterai encore que ce projet, contrairement à ce qui a été dit, a été pour sa partie médicale tout au moins, mené en concertation avec tous les professionnels de santé de la commune: médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, ostéopathes, pharmaciens…
Je suis à Collioure depuis près de quarante ans, et pendant tout ce temps où j’y ai exercé la profession de pharmacien, je ne suis jamais intervenu dans le débat public. Si je le fais aujourd’hui c’est que le sujet est grave pour l’avenir de notre ville, et pas seulement pour les professionnels de santé. Une commune comme la nôtre doit avoir une offre médicale de qualité pour attirer de nouveaux habitants sinon elle va décliner, et le déclin, ce n’est bon pour personne.
Je souhaiterais que les personnes candidates à la fonction de maire clarifient leurs positions à ce sujet ».

Luc VITOU

 

*Jacques MANYA, maire de Collioure depuis 2014, ne se représente pas.