Dans cette  crise sanitaire de coronavirus (COVID-19), il faut se féliciter des avancées remarquables et fantastiques, des prouesses techniques réalisées en un temps record par la Recherche mondiale qui a mis au point plusieurs vaccins en quelques mois. Cela n’était jamais arrivé dans l’Histoire de l’humanité !

L’autre défi à relever est celui maintenant de la vaccination. Le gouvernement a mis en place une stratégie, un calendrier, souvent proche de ce qui est engagé dans la plupart des autres pays européens ; quoi qu’on en dise et quoi qu’on en pense, il faut savoir raison garder et maintenant se serrer les coudes car cette crise n’est plus « que » sanitaire, elle est devenue également économique, sociale et sociétale.

Dans le milieu économique, celui des chefs d’entreprise, le vaccin suscite une incontestable – et c’est incontesté – mobilisation, tant celui-ci apparait désormais comme un remède pour l’économie aussi.

Tout en respectant la marche en avant voulue, engagée, par le ministère de la Santé, avec bien sûr la validation du Gouvernement Castex, il ne faut pas oublier dans les personnes à vacciner d’urgence les chefs d’entreprise et surtout ceux obligés de se déplacer fréquemment, parce que l’activité de leur entreprise est plus ou moins liée à l’international.

Ces acteurs de l’Economie sont particulièrement nombreux sur notre territoire, je pense notamment au sein de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole, également ailleurs dans le « 66 », à devoir se rendre régulièrement dans la Péninsule ibérique, les pays du Maghreb, du pourtour méditerranéen en général, et ce pour maintenir leurs activités.
Il faut que ces derniers soient pris en compte et priorisés pour ne pas rajouter aux malheurs sanitaires un malheur économique encore plus fort.

Il ne s’agit pas là de privilégier, de favoriser qui que ce soit, mais bien de maintenir une compétitivité économique, car derrière il y a de très nombreux emplois en jeu dans notre département, ne l’oublions pas. Sans le dynamisme du secteur exportateur, qu’il s’agisse de l’agroalimentaire (vins, biscuits, chocolats…), des fruits et légumes, notre économie départementale risqueraient de perdre des parts de marché de manière irréversible. N’oublions non plus les entreprises liées au Tourisme !
Il faut que nos décideurs économiques puissent le plus vite possible retourner à l’international, sur le terrain !

Il apparait désormais sûr et certain que très rapidement le Passeport vaccinal* (appelé aussi certificat de vaccination intitulé « Vaxproof ») sera exigé dans de nombreux pays, même chez certains de nos partenaires européens essentiels ; il faut donc dès à présent anticiper et permettre aux entrepreneurs, à nos ambassadeurs, de ne pas rater la Relance de l’activité.

 

Laurent Gauze

Vice-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pyrénées-Orientales (CCI’66), vice-président de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM)

 

*Selon les sondages, une majorité de Français y seraient favorables