C’est ce que nous avons pu apprendre dans le journal local daté du dimanche 18 mars. En effet, dans le jeu de questions-réponses organisé par ce même journal, il est donné la fiche d’identité de monsieur Roger FERRER.

C’est ainsi que nous pouvons lire : « Étiquette : divers gauche ».
C’est une information publique, donnée par un média. Nous pouvons donc considérer que la chose est officielle. Notre maire d’Estagel n’est donc plus communiste. Rappelons que lors des deux dernières candidatures pour les élections municipales, il a eu l’investiture du PCF et avait cette étiquette politique.
Les électeurs sont en droit d’attendre des explications. Il est vrai qu’il n’est pas coutume de voir « les politiques » s’expliquer sur leurs renoncements en cours de mandat, à ce qui aurait dû être leur engagement, mis à part dans les hautes sphères. Mais c’est encore un autre problème. Manque de courage ? Électoralisme mal interprété ? Opportunisme ? Les questions sont demeurent.
Monsieur le maire, fera-t-il autrement ? Aurons-nous connaissance du pourquoi de cette décision ?…
Il existe pourtant des citoyens, sans mandat électoral, qui l’ont fait publiquement, et qui le feront encore. Ce n’est pas pour autant direz-vous, que leur choix a été respecté. Bien au contraire.
Tout le mal que nous lui souhaitons de notre cœur le plus limpide, le plus généreux, le plus ouvert au monde, le plus humaniste, est qu’il n’ait pas à déplorer les quolibets malveillants, ni les insultes, venant de ses amis politiques d’hier. D’autres malheureusement, en ont été victimes et ils n’oublient pas.
Nous dirons simplement qu’il rejoint en cela deux autres maires de la vallée de l’Agly : celui de Montner et celui de Maury. Ce dernier étant également Conseiller départemental. Ils avaient été élus avec une étiquette de gauche. Ne se retrouvent-ils pas aujourd’hui, sous la bannière du président, après avoir parrainé sa campagne électorale ?
Nous pensons pouvoir ajouter que les uns et les autres font ce que les électeurs détestent : la politique politicienne. C’est pour cela qu’ils s’abstiennent et votent aux extrêmes. Tous les politologues s’accordent à le dire dans leurs analyses qui comptent d’autres éléments heureusement.
Pour notre part, nous analysons la décision du premier magistrat comme la volonté de ratisser plus large pour les prochaines échéances électorales qui auront lieu dans deux ans. Ce serait l’affirmation dissimulée, de préparer une nouvelle candidature au poste de maire.
Les prétendants possibles n’ont qu’à bien se tenir !

Joseph JOURDA.