« En tant que professionnel du tourisme à Perpignan, et en tant que Perpignanais, je suis sidéré qu’une ville de 120 000 habitants (au cœur d’une agglomération de 380 000 hab.) puisse fermer sa gare le soir à 23h, laissant ainsi les utilisateurs et les touristes abandonnés à leur sort.
Nos clients, donc ceux qui nous font vivre, sont condamnés à partir de 23h de faire un énorme détour lorsque ces derniers sortent de la gare TGV pour rejoindre le centre-ville. Encore pas plus tard qu’hier un couple débarquant de Normandie s’est perdu dans les dédales du quartier Saint-Assiscle, aucune indication, aucune signalisation pour leur indiquer le chemin du centre-ville ! Les touristes, nos visiteurs du soir, sont livrés à leur propre sort. Bienvenue en Pays Catalan !
Pas de taxi disponible, aucun personnel pour guider ses pauvres personnes et une gare hermétique qui ferait peur au premier groupe d’individus venu…
Quand on connait l’insécurité ambiante de ce quartier livré à tous les trafics dans une indifférence des autorités effroyable, une insécurité qui ne cesse de grandir, il est surprenant qu’aucun des très nombreux prétendants à la Loge ne propose une alternative dans son programme pour 2020. Sachant que les touristes payent une taxe de séjour qui a augmenté de 30% cette année, on trouverait pour le moins normal et humain de trouver une solution pour ne pas fermer une gare au public dans une ville de 120 000 habitants à la tombée de la nuit ! Mais ces prétendants-là semblent avoir d’autres préoccupations essentielles… existentielles, régler leurs comptes carriéristes sur le dos des Perpignanais-e-s ? »
Jimmy PARADIS

Cofondateur du mouvement politique perpignanais, Désobé!r