L’avenir économique d’Argelès-sur-Mer est en danger. « Savoir, ne pas agir c’est être complice ! »
Lettre ouverte aux Argelésiens :

Mesdames, Messieurs les résidents, les commerçants et acteurs de la vie publique et politique d’Argelès-sur-Mer,

Ce que nous constatons actuellement sur votre commune dépasse l’entendement et personne ne semble s’émouvoir « alors que les dirigeants de votre municipalité mettent en place un protectionnisme nocif pour celles et ceux qui ont depuis des décennies oeuvré aux valeurs collaboratives et à l’intérêt général de la station balnéaire ».

Deux choses :

1 – Ils ont fait une razzia complète pour faire disparaître la totalité des brochures de l’espace public pour les établissements qui ne sont pas résidents de la commune ; le but est sans doute écologique pour remplacer le papier par des écrans ! Alors que 1 mètre cube de bois nouveau utilisé pour la fabrication du papier = 1 tonne de CO² en moins dans l’atmosphère.
2 – La disparition pure et simple du guide pratique, qui depuis des décennies mettait en lumière les richesses des communes avoisinantes. Ce guide a été remplacé par un magazine narcissique qui ne sera plus payé par les annonceurs, mais par les taxes de séjours et peut-être complété par l’argent de vos impôts.

Cette Municipalité invente des règles qui n’existent nul part ailleurs… Si les autres offices de tourisme du département adoptent les mêmes principes, ce sera néfaste pour l’intérêt général.

Mais qu’à cela ne tienne, ce dégagisme « à l’argelésienne » devient une marque de fabrique municipale et tout ce qui se passe dans la communication touristique fait aussi ses ravages dans le transport avec une première vague de licenciements pour la société Trainbus. De nombreuses navettes supprimées dont le Petit Train de la Ferme de Découverte que je finançais du 15 avril au 31 août, pour six ramassages chez l’ensemble des hébergeurs deux fois par semaine…

Prévenu seulement la semaine dernière, ce sont 40 000 brochures que je dois rééditer et remplacer dans tous les établissements de la côte et chez les hébergeurs du département.

 

Que cherche cette Municipalité en finançant dans un premier temps, pour seulement 700 000€ par an deux bus électriques : « Peut-être faire disparaître Trainbus ? ».

Si la situation semble incompréhensible pour les non-résidents, peut-être qu’elle l’est tout autant pour les Argelésiens ?

On souhaiterait une explication claire, d’autant que c’était les prestataires de loisirs et les hébergeurs qui à 90 % financions le transport d’Argelès-sur-Mer et tous n’ont pas été conviés aux réunions sur ce sujet.

Une situation incompréhensible alors qu’il fallait vingt-quatre Trainbus pour gérer les flux touristiques en évitant de nombreux bouchons et une forte pollution. Incompréhensible car la société Trainbus envisageait de mettre en fonction des Trainbus électriques qui devaient être fabriqués à Argelès…

Ce dégagisme aura un coût qui sera peut-être compensé : avec l’argent de nos impôts ? Ou par des économies sur l’entretien des voies routières ? Ou encore une bétonisation outrancière qui renflouerait les caisses municipales ?… Ou par une augmentation des prix du stationnement ; lesquels cette année seront payant un mois de plus que les années précédentes ?*

Une telle dégradation de la gestion municipale en réponse aux valeurs écologiques n’ont pas fini de surprendre d’autant que le travail réflexif manque et que nous sommes en droit de nous poser la question de l’origine et de la finalité de tels actes ?

Nous sommes face a un hubris municipal qui n’en fini plus d’être dans la dégradation de la démocratie locale.

L’hubris a ceci de particulier que personne ne semble cartographier l’origine et les conséquences de tels actes avec ses forces et ses faiblesses, l’essentiel et l’accessoire. Personne ne fait plus la différence entre la réalité et l’abjecte : « Cette petite musique sonne faux dans un paysage municipal qui se prétend écologique et socialisant ! ».

Le moment de réagir s’impose, pour éviter que cela s’intensifie et nuise à l’image d’un territoire que nous aimons tous.

Merci d’agir et de réagir !

Hubert Levaufre

Parc Pédagogique « La Ferme de Découverte Saint André”

 

*Cette année tous les parkings payants de la Plage le seront du 1er juin au 30 septembre 2022 (au lieu de mi-juin à mi-septembre l’an passé).

 

L’état de la voirie argelésienne sur une grande partie du territoire communal. Un désastre…