-« Viticulture et politique

La viticulture du département des Pyrénées-Orientales mérite l’attention du monde politique. C’est tout de même un des rares secteurs économiques à générer des emplois à l’année, de l’exportation, bref de la richesse. Pourtant, c’est aussi un secteur en pleine souffrance avec une baisse des ventes d’environ 50% en raison de la fermeture des restaurants et de la baisse du tourisme. De plus s’ajoute la chute de la production à cause du mildiou pour la dernière récolte, après plusieurs années de déficit ; la sècheresse, la canicule, la grêle ont frappé les vignes du département ces dernières années.

On pourrait donc s’attendre à des aides des différents pouvoirs politiques locaux. Mais là, surprise, on découvre que deux projets menacent directement l’environnement de deux caves viticoles : la cave Arnaud de Villeneuve à Rivesaltes (par la construction d’un centre pénitentiaire) ; la cave du Domaine Rière Cadène à Perpignan (par des panneaux solaires d’une centrale photovoltaïque). Quand sera-t’on préoccupé par l’avenir du département plutôt que par les prochaines élections, autrement qu’en paroles ou en discours ?

Pourtant des solutions existent. Il serait peut-être temps de se projeter sur une autre vision. Le vignoble Collioure-Banyuls qui structure les collines des Albères est un attrait touristique en plus d’en être un œnologique. Donc il est temps d’envisager de l’aider et le protéger, et de piocher dans l’argent du tourisme pour soutenir certaines caves. Quant au côté nord de Perpignan, les terrains ne manquent pas. Entre Claira et sa zone commerciale, ou dans les environs de l’aéroport ; la prison me semble possible sur une zone en friche. Il serait également temps de se préoccuper de l’irrigation des vignes pour les amener dans le 21e siècle.

Pour l’implantation de centrales photovoltaïques ou éoliennes, nos zones commerciales ne manquent pas de toitures à bonifier en implantant des panneaux ; et des éoliennes ne saliraient pas la vue de grandes surfaces particulièrement hideuses. On peut également se demander si ces solutions sont celles d’avenir ou s’il ne faudrait pas se tourner plutôt vers l’hydrogène.

La viticulture et le tourisme restant deux piliers de l’économie locale, nous souhaitons prendre les commandes de la région et du département pour pouvoir agir. Dans les élections à venir, ce seront des sujets à regarder. Soutenez-nous ».

Henry-Jean Puig

Responsable départemental Debout La France des P-O