« Les valeurs de gauche…

La remise des récompenses pour le Prix Méditerranée de la Ville de Perpignan a essuyé un boycott de nombreux invités, et ce très largement médiatisé. Il semblerait que lorsqu’on appartient à la gauche, il est impossible de recevoir une quelconque reconnaissance d’un élu apparenté Rassemblement National (RN). Et ceci est justifié par un soi-disant héritage historique. J’ai même entendu que Louis Aliot est l’héritier de la collaboration, de Hitler et Mussolini.

Mais sur quoi se basent ces affirmations ? Hitler est arrivé au pouvoir par le National Socialisme ; la collaboration française était organisée par Pierre Laval qui appartenait au Parti socialiste Français, et avait exercé des fonctions politiques avec la gauche avant guerre. Alors, non, finalement, ce n’est pas justifié par l’histoire.

Par contre je n’ai jamais entendu parler de boycott d’une mairie communiste lors d’une remise de récompense. Et pourtant, l’héritage est lourd chez les communistes. Les massacres de Lénine et Staline ; ceux de Mao ; les camps de déportation des pays de l’est, dont certains étaient encore en fonction en RDA dans les années 70. Et même en France, le passé du PCF contient des casseroles ; la condamnation de la résistance dans l’Huma jusqu’en 1941 ,la position du parti lors de la guerre d’Algérie, proche de la trahison, et la liste pourrait être plus longue. J’imagine les cris d’orfraies, si un écrivain de droite faisait un tel scandale en refusant de participer à un évènement pour ce prétexte.

Alors pourquoi est-il reproché à certains un héritage qui n’est pas le leur, alors que pour d’autres , c’est une amnésie générale qui est de bon ton.

De plus, il ne faut pas perdre de vue que Louis Aliot est démocratiquement élu maire de Perpignan. Et même pour ceux dont ce n’était pas le choix, il faut l’accepter. C’est la règle démocratique.

En conclusion, je demande donc une nouvelle définition de l’expression si abondamment utilisée, les «valeurs de gauche». Faut-il enlever la tolérance, le respect de la démocratie, l’analyse impartiale de l’histoire, de ces valeurs ? Doit-on ajouter sectarisme et mauvaise foi ? ».

Henry-Jean Puig, responsable départemental Debout La France, président de l’union pour l’Avenir du Roussillon