Débats autour d’Amazon

Amazon souhaite implanter autour de Perpignan une plateforme logistique qui pourrait créer dans notre département une centaine d’emplois. J’avais la faiblesse de penser que cette bonne nouvelle ferait l’unanimité dans la classe politique. Grossière erreur. Les petits intérêts politiciens sont toujours là en période d’élections…

Nous pouvons accepter un débat sur le commerce d’Amazon avec tous ses défauts, comme c’est arrivé en son temps avec le développement des grandes surfaces. Que ce commerce ne soit pas soumis à la TVA en France, n’amène aucune richesse à notre pays, supprime énormément d’emplois par sa concurrence déloyale, etc., sont autant de raisons pour le combattre.

Mais dans ce dossier, la vraie question est plutôt en quoi le fait d’avoir cette plateforme sur la zone Torremilla, dans l’agglomération perpignanaise, impacterait le commerce local ?

Les commandes ne vont pas être supérieures ou inférieures avec cet outil qui ne concerne que la livraison. Certains clients pour diverses raisons utiliseront de toutes façons cet outil de commerce… et si nous refusons cette implantation, elle se fera tout de même, mais plus loin, à Gérone, de l’autre côté des Pyrénées, à Narbonne ou à Béziers, juste en sortant des P-O, au nord.

En clair, pour une position de politique démagogique, pour certains mouvements de gauche, il faudrait garder d’Amazon tous les inconvénients, mais refuser les avantages que l’on peut en retirer localement. Et ces mêmes opposants vont vouloir repartir à la gestion du département. Pour suivre leur logique, ils vont donc défendre le RSA* plutôt que les emplois.

Entendons nous bien, l’idée n’est pas de défendre ce commerce. Le parti auquel j’appartiens, défend le commerce et l’industrie nationale, défend également l’indépendance numérique de la France et de l’Europe, mais pour ce dossier-là nous sommes un peu seuls. Nous souhaiterions que les appareils technologiques vendus en France n’imposent pas Google sans proposer le Français Qwant, qu’en face d’Amazon il soit proposé Le Bon Coin ou C-Discount. Et puis surtout que la TVA soit généralisée à tout le commerce numérique existant en France. On pourrait croire que la gauche combat toujours « l’impérialisme Américain », mais sur ce sujet qui passionne les jeunes générations, ils sont totalement absents.

Les élections départementales approchent et comptez sur nous pour défendre l’emploi local, sans dogmatisme politique et nous défendrons le projet d’implantation de la plateforme d’Amazon !

 

Henry-Jean Puig

Responsable départemental Debout La France en Pays Catalan

 

*RSA = Revenu de Solidarité Active.