-« Avec les compliments des fâchés pas fachos !

La progression du Rassemblement National (RN), l’émergence de la Nouvelle Union Populaire Écologiste et Sociale (la NUPES), la résistance des Républicains demeurent incontestablement les éléments marquants du second tour des élections législatives.
Cela dénote amplement que les « fâchés pas fachos » sont de plus en plus nombreux parmi les souverainistes de droite et de gauche.
Cependant, ils sont en droit d’attendre de leur vote une représentation nationale plus combative à l’Assemblée Nationale particulièrement sur le pouvoir d’achat, la retraite à 65 ans et le refus de se soumettre béatement aux injonctions de la Commission européenne de Bruxelles.
Contrairement à certaines affirmations désuètes, le scrutin majoritaire ne s’oppose nullement à la représentation des principales expressions politiques au sein du Parlement. Il exige tout simplement que les principaux opposants soient davantage crédibles et en phase avec leurs électeurs.
Comme quoi le scrutin majoritaire de la Ve République n’a rien à envier au scrutin proportionnel de l’Allemagne.
Toutefois, sur le plan de l’interprétation, voilà donc la principale leçon à retenir du résultat des élections législatives des 12 et 19 juin 2022 : exit le plafond de verre et le front républicain.
Le Rassemblement National, la Nouvelle Union Populaire Écologiste et Sociale et les Républicains peuvent se satisfaire respectivement de leurs résultats électoraux obtenus.
Cette consultation électorale démontre si besoin en est qu’il n’y a point de vainqueur. Par contre, le résultat de ce scrutin laisse apparaître un seul perdant : les va-t-en-guerre de la Commission européenne de Bruxelles.
Depuis que le président Emmanuel Macron s’est engagé dans une guerre économique et financière totale et une mobilisation des moyens militaires à l’encontre de la Russie, il ne pouvait en aucune manière se substituer au peuple français dès lors que ce dernier ne souhaite surtout pas financer cet effort de guerre en lieu et place de l’Angleterre et des États-Unis.
Qu’on se le dise, la mise en scène d’Emmanuel Macron sur le tarmac de l’aéroport d’Orly en partance vers la capitale ukrainienne fut tout aussi ridicule que la chute à vélo de Joe Biden…
Finalement, il faudra bien que le Président de la République veuille bien écouter le vif désappointement et la profonde inquiétude des Français sur la dégradation effective du niveau de vie et de l’endettement à long terme des générations futures.
Ils considèrent à juste titre qu’ils n’ont pas à porter sur leurs épaules toute la misère du monde pendant que les paradis fiscaux et les optimisations fiscales prospèrent au sein de certains États membres de l’Union européenne, tels que le Liechtenstein, l’Irlande, les Pays-Bas, le Luxembourg, Chypre, Malte…
Depuis belle lurette, les Français ne croient plus à la théorie du ruissellement défendue par le président Emmanuel Macron lors des réformes fiscales de 2018.
« On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps ». Abraham Lincoln ».
Henri Ramoneda