« Quelle triste vérité…
Les mots de Jean Castex sonnent justes à Perpignan.
Eh d’ailleurs, certains de ceux qui aujourd’hui ne se privent pas de louanges à son égard, vont sûrement se souvenir de leurs propos moins élogieux…
La réaction du Premier ministre prouve à quel point le clan LR (Les Républicains) de M. Pujol à Perpignan était un microcosme au pouvoir sans partage, fermé et imbu de lui-même, incapable de travailler ni avec une candidate MoDEM aux législatives de 2017 pour faire barrage à M. Aliot, ni même avec le maire de Prades (Jean Castex).
Lui qui a compris et vu juste sur la candidature de M. Pujol, dont l’ego et quand même une certaine incompétence n’ont pas permis aux colistiers des différentes listes de réussir un rassemblement citoyen. Bien sûr, encore aurait-il fallu que les candidats-es arrivés-é-e-s 3/4/5 aient eu l’ambition, voire le courage et surtout la détermination de rassembler ceux (centristes, écologistes, DvD, société civile…) qui étaient prêts à en découdre ».
Guy Torreilles, responsable du MoDEM’66