Nous les avons écoutés lors de rendez-vous, avons analysé leurs discours, découvert les interviews de cette droite Les Républicains (LR), dont elle ne sait plus à quel saint se vouer, si ce n’est qu’à nous faire un tour de «bonneteau», et tout cela nous oblige à ne pas rester muets.

Que penser ? Quand on apprend de la bouche de monsieur Jean Sol, qu’il ne soutient pas «officiellement» le premier magistrat de Port-Vendres – juste pour éviter sûrement à ce dernier qu’il ne se parjure -, alors qu’il le fera sûrement si ce n’est pas déjà fait ! Alors que le maire de Banyuls-sur-Mer espérait cette investiture LR, qu’il aurait amplement méritée au vu de son investissement depuis très longtemps sur sa commune et ailleurs.
Mais peut-être que le sénateur aurait peur de dire par la même occasion qu’il soutient une adjointe de gauche ?
Et que dire aussi de l’association LaREM (La République En Marche) / LR sur le Moulin-à-Vent quand on se souvient des Municipales, ou du non-soutien au maire du Barcarès, alors que c’est sûrement lui et certains autres qui mènent la barque… mais avec qui, pour nous Centristes, il est impossible de pactiser.

Bien sûr je ne vais pas ici énumérer toutes les manœuvres, on n’en finirait pas ! D’autant que quand on se noie dans les manigances et les discussions de «sous-mariniers» il sera difficile à leurs auteurs d’être « clairs » et « compréhensibles » pour la population, pour peu que celle-ci ne soit pas encore complètement dégoûtée.

Mais où sont les Centristes encartés, dans cette Droite à la dérive, entre les affaires, les déchirements, les ententes entre amis et tout cela sur le dos de nos concitoyens ?
Que leur reste-t-il, à tous ceux qui, cumulards, n’ont qu’un seul but : «engranger» les mandats ? Oui tromperies il peut y avoir, car il est facile de se servir d’une appartenance stratégique au Centre pour le bien de leur cause. Et que dire de ceux prétendus Centristes, de LaREM à la Droite dure, tous prêts à pactiser pour une place d’honneur, si elle ne se termine pas en horreur.

Le MoDEM’66, à l’initiative du Rassemblement Démocrate, est force de propositions, avec des dossiers sur la santé, l’alimentation, mais aussi la culture et le patrimoine, et souhaite apporter à nos concitoyens l’assurance que tous nos candidats n’ont aucun mandat électif décisionnaire et qu’ils se consacreront uniquement au bien-être de ses habitants, à soutenir des projets pour l’emploi et la formation.

Nous serons attentifs et intransigeants sur les dossiers d’infrastructures et d’urbanisme quels qu’ils soient. Nous participerons à l’organisation des collèges et des structures sanitaires, nous impulserons une dynamique solidaire en particulier pour le handicap et les personnes âgées, nous proposerons un plan ambitieux pour nos agriculteurs, maraîchers et arboriculteurs, nous surveillerons l’application du bien manger dans nos cantines. Nous nous impliquerons aussi à rendre viables la production viticole et la pêche des petits métiers, entre autres sources d’emplois réels non délocalisables.
Nous, Démocrates encartés, nous voyons s’enliser toutes ces têtes d’affiche, nous laissant seuls sur le panel politique des vrais Centristes, sensibles aux colères de Gauche comme aux colères de Droite.
Alors, « Quand les hommes vivront d’amour, il n’y aura plus de misère» les politiques seront troubadours et nous nous serons morts mes frères »… (Raymond Lévesque).

Guy Torreilles président du MoDEM’66