-« Le temps passe en s’effaçant peu à peu de nos mémoires. Il faut parfois des piqûres de rappel pour se remémorer des moments de nos existences ou faits sociétaux. Avec cette crise sanitaire, des flash-back médiatiques m’ont fait rappeler que les miracles n’existent qu’à Lourdes. Rappelez vous, nous sommes dans le début du quinquennat « Macron »

Juillet 2017, lors d’un discours, notre Président réaffirme une de ses idées de campagne électorale : sous sa gouvernance tout sera mis en œuvre afin que plus personne ne vivent dans les bois, dans les rues, à l’écart de notre société. Autrement dit, plus de SDF (Sans Domicile Fixe) et qu’importe qu’il soit français ou migrant, un SDF restant avant tout un homme ou une femme.

Depuis qu’a-t-il été fait ? Rien ou presque. Ah si ! Je me souviens de cette baisse des APL (Aide Personnalisée au Logement) décidée en 2018 : 5 euros en moins par mois pour les bénéficiaires. A l’époque dans le cadre du respect de cette fameuse règle européenne « des 3°/° », notre gouvernement avait juré de faire des économies, il fallait donc donner un exemple si misérable soit-il. Mais depuis l’apparition de « M. COVID », un plus de 150 euros vient d’être accordé à ces mêmes bénéficiaires devenus les plus démunis du monde après les avoir traités de dépensiers : « on met un pognon de dingue pour les minimas sociaux », dixit président M. Macron, juin 2018.

Un miracle sournois qui ne trompera personne

Autre miracle médiatico-politique, notre ex Premier Ministre : Edouard Philippe. Il est devenu selon un sondage récent le chouchou des Français, après les avoir emmerdés inutilement depuis son caprice enregistré à 80 km/ h. Sondage truqué puisqu’au départ, le choix est à faire parmi une liste préétablie unilatéralement par l’hebdomadaire Le Journal du Dimanche. C’est comme si je vous demandais de choisir parmi cinquante ennemis celui à l’égard duquel vous avez le moins d’animosité !

Un miracle illusoire qui l’a encore ne trompera personne

Non, le seul miracle dans lequel l’on pouvait garder espoir en ces temps pandémiques et sous cette ère de la macronie eut été celui d’une Administration enfin contrôlée. Une fonction publique avenante, de nouveau présente dans les proximités et non une bureaucratie cancérigène loin de toutes réalités, appliquant à la lettre les textes votés par nos députés. Car là est le paradoxe, nous élisons des personnes qui compliquent nos vies pour des raisons partisanes, idéologiques ou relevant très souvent aussi d’intérêts personnels…

Malgré l’espoir qu’il a pu susciter, M. Macron n’a rien bouleversé dans cette hiérarchie étatique. Le voulait-il vraiment, malgré ses idées développées au sein de son livre « Révolution » ?

Avec ces futures élections à venir, nos choix seront déterminants. Je laisse à chacun ses propres réflexions… ».

Freddy Rabasse