« Je participais, le 19 décembre 2017, avec une délégation de parlementaires communistes et d’élu-e-s départementaux, à une rencontre au Ministère de la Santé à propos des EHPAD et des aides à domicile.

Par des exemples précis, nous avons témoigné de la crise profonde vécue par le secteur de l’aide à domicile et par les EHPAD publics et non lucratifs. Ces derniers sont de plus en plus pénalisés financièrement par une politique nationale d’austérité renforcée, alors qu’il manque dans ces établissements beaucoup de personnels. Ceux-ci travaillent dans des conditions de précarité insupportables qui génèrent des situations de maltraitance dénoncées par les syndicats et qui dégradent la qualité des services…
L’échange franc et direct avec les proches de la Ministre de la Santé n’a pas permis toutefois que soient prises en compte nos demandes de rémunérations des services d’aide à domicile « au juste prix » et d’abandon d’une réforme de la tarification des EHPAD aux conséquences catastrophiques. Ce ne sont pas les 50 millions, bien dérisoires, annoncés par Agnès Buzyn pour les EHPAD qui répondront aux besoins réels, au quotidien, des personnes âgées et des personnels.
Pour ma part, je ne peux me résoudre à accepter l’idée que des personnes âgées, en perte d’autonomie, soient sacrifiées délibérément, aux seuls motifs économiques et financiers et je considère que des moyens financiers existent, pouvant être orientés sur les besoins humains liés à la perte d’autonomie.
C’est dans ce contexte que les élu-e-s de notre groupe PCF-Front de gauche au Conseil départemental des PO saluent et soutiennent pleinement l’initiative de grève nationale à l’appel des syndicats de salarié-e-s le 30 janvier (CFDT, CFTC, CGT, FO et UNSA) ».

Françoise FITER
Vice-présidente du Conseil départemental des P-O,
Présidente du groupe PCF-Front de gauche.